Connectez-vous S'inscrire
Facebook
Google+
Mobile
LinkedIn
Twitter
economie, finance : l'actualité au senegal et en afrique

Vers la création du comité national consultatif de suivi des directives volontaires pour une pêche durable


Rédigé le 24 Mai 2018 à 17:27 | 0 commentaire(s) modifié le 24 Mai 2018 - 17:29



(Ecofiance.sn) Le Sénégal, à travers les acteurs du secteur de la pêche, sous la houlette de la Direction des pêches maritimes (DPM), du ministère de la Pêche et de l’Economie maritime, est en train de travailler à la mise en place d’un comité national consultatif de mise en œuvre et de suivi des Directives volontaires pour une pêche artisanale durable initiées par le Fonds des Nations-Unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO) annonce un rapport rendu public mercredi.

Ce comité a pour mission de mettre en œuvre et de suivre les Directives Volontaires, de faciliter la mise en place d’une plateforme nationale représentative et sera composé d‘une structure ‘’légère et paritaire’’, des acteurs les plus concernés, précise le rapport de l’atelier national de réflexion et de sensibilisation sur les Directives volontaires pour une pêche artisanale durable, qui s’est tenu le 23 avril dernier au siège de la DPM.
 
Selon le document, ledit comité sera chargé de mener des activités sensibilisation à la création d’une plateforme de partage d’informations, d’élaborer des textes, entre autres, et basera son travail sur les axes stratégiques.
 
Le comité, qui sera composé de sept membres, doit identifier un partenaire financier potentiel, mais doit d’abord faire un effort de cotisation interne par les professionnels eux-mêmes, établir des possibilités de participation en nature, a-t-on précisé dans le rapport finalisé lors d’une réunion de compte rendu de la réunion de coordination et de suivi des Directives volontaires pour une pêche artisanale durable.
 
Le comité consultatif sera chargé d’identifier les parties prenantes de la plateforme  qui sera, lui aussi, composé des administrations des différents départements ministériels directement concernés et ceux pouvant être impliqués dans le processus, notamment les professionnels de la pêche et la société civile.
 
Le comité consultatif qui est maintenu à sept membres sera composé de l’Administration des pêches pilotée par la DPM, du Conseil national interprofessionnel de la pêche artisanale au Sénégal (CONIPAS/Pêche Continentale), du réseau des conseils locaux de pêche artisanale
(CLPA), du réseau des aquaculteurs, du réseau des femmes professionnelles de la pêche artisanale au Sénégal (REFEPAS), de l’Association ouest-africaine pour le développement de la pêche artisanale (ADEPA) représentant les ONG.
 
Pour une raison d’efficacité opérationnelle, il est retenu de subdiviser le Comité consultatif   en deux sous-comités, à savoir un sous-comité de coordination et de suivi de la mise en œuvre des Directives et d’un sous-comité de réflexion et d’orientation. Chacun de ces sous-comités sera composé de trois membres pour son pilotage.
 
Selon le rapport, ce comité n’est pas fermé ; il peut, le cas échéant, recourir à des personnes ressources pour des éclairages sur des questions spécifiques.
 
Les présentes Directives volontaires visant à assurer la durabilité de la pêche artisanale dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l’éradication de la pauvreté ont été rédigées comme complément au Code de conduite de la FAO pour une pêche responsable de 1995.
 
Elles ont pour objet de donner des orientations complémentaires concernant la pêche artisanale dans l’esprit des principes généraux et des dispositions du Code, et ainsi de favoriser la visibilité, la reconnaissance et l’amélioration du rôle de la pêche artisanale et de contribuer aux efforts consentis sur les plans mondial et national pour éradiquer la faim et la pauvreté.
 
Les Directives viennent appuyer une pêche responsable et un développement socioéconomique durable au profit des générations présentes et futures, l’accent étant mis tout particulièrement sur les artisans pêcheurs et les travailleurs de la pêche, notamment sur les personnes et groupes vulnérables ou marginalisés, et sur leurs activités, et elles sont en faveur d’une approche fondée sur les droits de l’homme.
Marie DIOUF



Investissement /Ecofinance.sn | Commerce/Ecofinance.sn | Infrastructures/Ecofinance.sn | Energie/Ecofinance.sn | TIC/Ecofinance.sn | Collectivités locales/Ecofinance.sn | Emploi/Ecofinance.sn | Contribution/Ecofinance.sn | Innovation/Ecofinance.sn | Nomination/Ecofinance.sn | Palmarès/Ecofinance.sn | Sante | Agriculture/Ecofinance.sn | Portrait | Reportage | Interview | Décrets | Ecobusiness



Blog Ecofinance
le 18/06/2018

Entendre les voix des jeunes agriculteurs africains

Mardi 12 Juin 2018 L’Afrique traverse une crise...


Inscription à la newsletter








Marie DIOUF | 19/06/2018 | 43 vues
Marie DIOUF | 11/06/2018 | 56 vues




Derniers tweets
Ecofinance.sn : Bourse : Pierre Goudiaby Atépa reconduit dans ses fonctions de Président des Conseils D’administration de la BRVM e… https://t.co/Fo5sU15pIs
Mercredi 20 Juin - 10:46
Ecofinance.sn : Marché financier de l’Uemoa : Environ 7.500 milliards de FCfa mobilisés par les Sgi en 20 ans En 20 ans d’existence… https://t.co/OiWKgEPAnn
Mercredi 20 Juin - 02:11






blog Ecofinance