Connectez-vous S'inscrire
ecofinance.sn
 

Uemoa : la Boad annonce un taux de décaissement de 54,2 pour cent dans la région


Rédigé le Mardi 24 Novembre 2015 à 12:16 | Lu 226 fois | 0 commentaire(s)


Ecofinance.sn (Dakar) – Sur les engagements cumulés de 5.866 millions euros, pour 728 opérations, les décaissements cumulés de la Boad dans l’Uemoa s’élèvent à 3.177 millions euros, soit un taux de 54,2 pour cent, au 30 septembre 2015.


Des experts de la Boad expliquent le fonctionnement de l'institution à la presse économique sénégalaise.
Des experts de la Boad expliquent le fonctionnement de l'institution à la presse économique sénégalaise.
La Banque ouest africaine de développement (Boad) a fait le point sur la situation de ses opérations dans l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) au 30 septembre 2015, au cours d’un séminaire de formation des journalistes économiques du Sénégal qui prend fin aujourd’hui à Dakar.

A cette date, Tarek Toko, analyste financier à la direction des entreprises et des institutions financières de la Banque, a fait état des engagements cumulés de 5.866 millions euros, pour 728 opérations. 

Selon lui, les décaissements cumulés de la Boad dans l’Uemoa s’élèvent à 3.177 millions euros, soit un taux de 54,2 pour cent, au 30 septembre 2015.

«S’agissant des interventions de la Banque dans les secteurs public et privé dans l’Union, les engagements cumulés s’élèvent à 3.801 Mds F Cfa dont 2.205 Mds constituent les décaissements cumulés, soit un taux de décaissement de 58 pour cent», a-t-il fait savoir.

«En faveur du secteur public dans l’Uemoa, le montant total des engagements se chiffre à 2.865,5 Mds et celui des décaissements est de 1.622,6 Mds F Cfa, soit un taux de décaissement de 56,6 pour cent», a-t-il poursuivit.

Les secteurs concernés par ces interventions portent sur les infrastructures de base (routes, ports, aéroports), l’énergie et l’hydraulique et le développement rural (sécurité alimentaire, crédit rural, hydraulique villageoise, pistes rurales).

«En direction du secteur privé, les interventions de la Banque s’élèvent à 935,3 Mds F Cfa et le montant total des décaissements est de 583 Mds F Cfa, soit un taux de décaissement de 62 pour cent», a-t-il ajouté.

Selon Trek Toko, ces interventions portent, entres autres, sur des prêts directs à long et moyens termes aux activités productives (agroalimentaire, télécommunications, industries), prêts aux Ifn et établissements de promotion des petites et moyennes entreprises (Pme) et des prises de participations (Ifn et entreprises non financières).

D’après lui, ces financements ont été possibles grâce aux partenariats noués avec différents acteurs. A cet effet, l’analyste financier de la Boad a cité la signature de 50 conventions de financement avec la Banque mondiale, l’Agence française de développement, la Banque européenne d’investissement, la Banque africaine de développement, la Banque allemande pour le développement, etc.

«Au total, la Boad a mobilisé au 31 décembre 2013, 3.193 millions d’euros de ressources de financement, correspondant à 1,428 millions d’euros de ressources propres (45 pour cent) et 1,761 millions d’euros de ressources d’emprunts (55 pour cent)», a-t-il conclu sur ce chapitre.

Une banque de développement

Le siège de la Boad;
Le siège de la Boad;
Créée le 14 novembre 1973, la Banque ouest africaine de développement (Boad) est une institution spécialisée de l’Uemoa chargée du financement du développement. Elle a pour mission de promouvoir le développement équilibré des Etats membres et de réaliser l’intégration économique de l’Afrique de l’Ouest.

Pour ce faire, la Banque identifie les besoins d’investissements des pays membres et mobilise les ressources pour leur financement.

Elle est composée de deux catégories d’actionnariat. D’une part, il y a les actionnaires régionaux composés des pays membres (46,57 pour cent du capital) et de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (Bceao 46,57 pour cent du capital).

D’autre part, il y a les actionnaires non régionaux composés de la France, de l’Allemagne, de la Belgique, de la Bei, de la Bad, de l’Inde, de la Chine et du Maroc. Ils détiennent 6,86 pour cent du capital.
Le capital est structuré ainsi :
  • Capital social de 1.155 milliards F Cfa
  • Capital social souscrit à 757,63 milliards F Cfa.




Dans la même rubrique :
< >

Mardi 12 Décembre 2017 - 12:59 Téléphonie fixe : la Sonatel ultra-dominatrice


blog Ecofinance

Bourde 2017
BOURDE 2017 | société par le 27/11/2017

BOURDE 2017 - Chapitre 6 - Zawiya El Hadj Malick Sy

BOURDE 2017 | société par le 27/11/2017

BOURDE 2017 - Chapitre 7 - Mosquée Serigne Babacar Sy


Inscription à la newsletter



Indices boursiers internationaux











Derniers tweets
Ecofinance.sn : Téléphonie fixe : la Sonatel ultra-dominatrice https://t.co/3cYF2G5GLQ https://t.co/gM3OwH9AQu
Mardi 12 Décembre - 13:35
Ecofinance.sn : Le parc de lignes de téléphonie fixe en recul de 0, 23 % au 3e trimestre https://t.co/kicl5zkyMd https://t.co/rP6s2y8bny
Mardi 12 Décembre - 13:35
Ecofinance.sn : FORUM SUR LES INVESTISSEURS DE LA MICROFINANCE : Les participants pour une meilleure inclusion financière Lors du F… https://t.co/6fEnviHr4U
Mardi 12 Décembre - 13:35
Ecofinance.sn : AMINATA ANGELIQUE MANGA, MINISTRE DE L’ECONOMIE SOLIDAIRE ET DE LA MICROFINANCE : «L’Etat accorde une grande import… https://t.co/fbP1YivJ7N
Mardi 12 Décembre - 13:35
Ecofinance.sn : Avènement de Bale II et Bâle III : Des changements très importants pour la banque L’avènement des normes Bâle II et… https://t.co/ZgOmMhJ2kw
Mardi 12 Décembre - 13:35