Connectez-vous S'inscrire
economie, finance : l'actualité au senegal et en afrique

Mauritanie : la Banque mondiale débloque 20 millions de dollars pour le gisement Tortue Ahmeyim


Rédigé le 3 Avril 2018 à 11:36 | 0 commentaire(s) modifié le 3 Avril 2018 - 12:39


L'Etat mauritanien s'est vu octroyer un montant de 20 millions de dollars par l'Association internationale de développement, filiale de la Banque mondiale. Selon l'institution, les fonds serviront à renforcer les capacités du pays pour mieux négocier les contrats du gisement Tortue Ahmeyim.


(Ecofinance.sn Dakar) - La Banque mondiale suit de près le projet d'exploitation du gisement gazier du Grand Tortue Ahmeyim, en offshore dans l'océan Atlantique. L'institution de Bretton Woods a annoncé en fin de semaine dernière avoir débloqué à travers sa filiale, l'Association internationale de développement (IDA), pour la République islamique de Mauritanie, une somme de 20 millions de dollars. D'après elle, les fonds devront servir à financer le renforcement des capacités du gouvernement mauritanien dans la négociation des accords d'investissements pour le développement du gisement gazier.
«Cette subvention renforcera la capacité de la Mauritanie à s'assurer que la ressource gazière est développée efficacement par les opérateurs privés avec un fort soutien du gouvernement. Nous espérons que toutes les parties prenantes auront la possibilité de s'engager et de contribuer à accélérer la croissance inclusive en Mauritanie», a indiqué Laurent Msellati, directeur de la Banque mondiale (BM) pour la Mauritanie.
Le démarrage de la production du gisement est prévu pour 2021. Les revenus tirés de son exploitation seront partagés à parts égales entre la Mauritanie et le Sénégal, conformément à un accord entre les deux gouvernements signé le 9 février 2018 pour une exploitation commune. Ceci s'explique par le fait que le champ gazier se trouve dans une zone maritime que les deux pays ont en commun dans l'océan Atlantique.Du côté de la Banque Mondiale, on aspire à permettre à Dakar et à Nouakchott de mieux négocier les accords d'investissement pour le développement du gisement. Ainsi, avant la Mauritanie, l'institution avait accordé au Sénégal, une enveloppe d'un montant de 29 millions de dollars, il y a près d'un an, en juin 2017, pour les mêmes objectifs.
 



Investissement /Ecofinance.sn | Commerce/Ecofinance.sn | Infrastructures/Ecofinance.sn | Energie/Ecofinance.sn | TIC/Ecofinance.sn | Collectivités locales/Ecofinance.sn | Emploi/Ecofinance.sn | Contribution/Ecofinance.sn | Innovation/Ecofinance.sn | Nomination/Ecofinance.sn | Palmarès/Ecofinance.sn | Sante | Agriculture/Ecofinance.sn | Portrait | Reportage | Interview | Décrets | Ecobusiness | Bon à savoir