Connectez-vous S'inscrire

Les périls du financement public des médias


Rédigé le 5 Avril 2018 à 10:28 | 0 commentaire(s) modifié le 5 Avril 2018 - 10:36


L'entreprise publique de médias de Hongrie MTVA a fonctionné l'année dernière avec un budget d'environ 309 millions de dollars, la majeure partie provenant des caisses du gouvernement. Cela signifie que MTVA, qui gère des stations de télévision, un réseau de communications et une agence de presse, disposait d'un budget quotidien de 846 000 dollars. Pour un pays de seulement dix millions de personnes, c'est la définition d'une autorité administrative indépendante dépensière.


(Ecofinance.sn Dakar) - On peut supposer que la solidité financière de MTVA constitue une exception dans un secteur miné par la diminution des recettes et par des modèles commerciaux en panne. Mais parmi les entreprises de médias soutenues par l'État dans le monde, le budget hypertrophié de MTVA est la norme. Dans les salles de rédaction de Serbie et d'Afrique du Sud, le financement généré par les contribuables augmente. Malheureusement même si cette aubaine pourrait permettre une plus large programmation, elle ne fait qu'aggraver les difficultés de ce secteur d'activité. 
Les gouvernements ont joué un rôle majeur dans les médias nationaux durant des décennies, à l'aide de la régulation des fréquences d'émission et de régimes de licences visant à façonner le marché. Pourtant ces dernières années les gouvernements ont également intensifié leur influence budgétaire. Actuellement les allocations budgétaires publiques font partie des sources principales   des recettes des médias. 
Le soutien public est généralement pourvu de trois manières. Une méthode consiste à percevoir des redevances de licence sur les ménages, une taxe de de fait sur le contenu. Alors que les budgets des médias publics n'ont pas augmenté partout - entre 2016 et 2015, par exemple, le financement des médias publics a chuté dans 40 % des 56 pays membres de l'Union européenne de radiodiffusion - l'argent du gouvernement reste influent. En janvier 2017, le gouvernement roumain a approuvé un budget de 360 millions de dollars   pour la télévision d'État SRTV, un montant énorme pour un pays de seulement 20 millions d'habitants. Des injections similaires d'argent public sont communes ailleurs. 
Les achats de publicité sont une deuxième méthode pour apporter un soutien au gouvernement. Les dépenses publiques dans cette catégorie peuvent être importantes. Au cours de la première moitié de 2013, par exemple, le gouvernement malaisien a dépensé 118,5 millions de dollars de plus en publicité   par rapport au total des quatre annonceurs suivants. 
Enfin, les États prévoient souvent des fonds de concours aux organes de presse en difficulté, notamment à ceux qui proposent une couverture favorable. En 2014, le gouvernement du Monténégro, un pays de seulement 622 000 habitants, a accordé une aide publique de 33,6 millions de dollars   aux médias. Selon le Center for International Media Assistance, ces dons comprenaient un « généreux » soutien en faveur du journal « fidèlement pro-gouvernement » Pobjeda. 
Les contributions financières seront toujours les bienvenues par les médias et surtout par les organes de presse indépendants à court d'argent. Mais lorsque le financement est assorti de conditions, comme cela est souvent le cas avec l'argent public, l'intégrité journalistique peut en pâtir. Dans de nombreux cas, les organisations de médias publics ne sont souvent guère plus que le porte-parole du gouvernement et les autorités interviennent régulièrement dans les débats éditoriaux internes. 
La Hongrie est un cas d'espèce. En 2010, peu après leur arrivée au pouvoir, les dirigeants du parti populiste de droite Fidesz   ont licencié un certain nombre de journalistes de MTVA, qui s'étaient montrés critiques à l'égard de Fidesz au cours de la campagne électorale. Depuis lors, les autorités ont considérablement refaçonné la législation sur les médias, un geste que certains perçoivent avec crainte comme une volonté de « restreindre le pluralisme des médias à long terme.   » 
Un abus d'autorité similaire a été signalé en Macédoine, où, en 2014, la Commission européenne a critiqué le gouvernement pour avoir utilisé l'argent de la publicité pour consolider le contrôle l'État sur le contenu des informations. Il existe d'innombrables autres exemples d'interférence semblable sur les marchés des médias dans le monde. 
En général, les gouvernements ont tendance à financer des organes de presse bienveillants ou des organismes de presse qui sont prêts à se conformer aux règles établies. Selon un rapport de 2014   sur l'avenir du journalisme numérique, que j'ai codirigé pour Open Society Foundations, les gouvernements ont utilisé la pression financière pour manipuler les organismes de presse dans plus que la moitié des marchés que nous avons examinés. Il ne fait aucun doute que cette proportion n'a fait qu'augmenter dans les années qui ont suivi. 
Plus largement, en favorisant un journalisme docile, ou en réduisant des subventions aux voix critiques des médias, les gouvernements introduisent des distorsions sur les marchés des médias, à leur avantage. En 2012, une injection budgétaire des autorités serbes dans l'agence de presse contrôlée par l'État Tanjug, lui a donné un avantage concurrentiel massif par rapport au service d'information indépendant Beta. En Hongrie également, le journalisme indépendant a du mal à suivre le rythme des mastodontes financés par l'État. Un exemple est celui de Atlatszo, une start-up de journalisme d'investigation intrépide. Presque entièrement financé par les dons, le budget annuel   de Atlatszo est inférieur à la moitié des allocations journalières de MTVA. 
Alors que l'argent public remodèle le secteur des médias, les contribuables ne sont pas les plus grands bénéficiaires dans de nombreux pays. Si seulement une fraction de la manne budgétaire reçue par les médias publics était redirigée vers les organismes de presse indépendants, le journalisme prospérerait et l'opinion publique serait mieux informée. Toutefois pour le moment, les plus grands gagnants sur le marché public de médias sont les gouvernements qui manipulent un secteur en difficulté. 
Marius Dragomir, directeur du centre des médias, des données et des sociétés à l'Université d'Europe centrale, a dirigé le portefeuille de recherche et de politique du Programme sur le journalisme indépendant à Londres. 
 
Lejecos



Investissement /Ecofinance.sn | Commerce/Ecofinance.sn | Infrastructures/Ecofinance.sn | Energie/Ecofinance.sn | TIC/Ecofinance.sn | Collectivités locales/Ecofinance.sn | Emploi/Ecofinance.sn | Contribution/Ecofinance.sn | Innovation/Ecofinance.sn | Nomination/Ecofinance.sn | Palmarès/Ecofinance.sn | Sante | Agriculture/Ecofinance.sn | Portrait | Reportage | Interview | Décrets | Ecobusiness | Bon à savoir



Inscription à la newsletter

Blog Ecofinance
le 31/07/2018

CEMAC : dernière ligne droite pour mobiliser 130 milliards de Fcfa pour le secteur agricole

Le président de la Commission de la Communauté...











Derniers tweets
Ecofinance.sn : Uemoa : une amélioration de 306,3 milliards FCFA de liquidité bancaire notée en mai 2018 https://t.co/xXyrxzO1eF https://t.co/Vw2q5dYuxO
Mardi 14 Août - 20:07
Ecofinance.sn : Uemoa : repli des taux sur les marchés monétaires et interbancaires en mai 2018 https://t.co/1dCYPdwjPL https://t.co/DlETiZLqz0
Mardi 14 Août - 19:22
Ecofinance.sn : Uemoa : accroissement de la production industrielle en mai 2018 https://t.co/zLWxzrBm5a https://t.co/zkdLd0KRju
Mardi 14 Août - 14:45
Ecofinance.sn : Un drone autonome pour éloigner les oiseaux des aéroports https://t.co/IgFjSUNpCB https://t.co/l8rdAOmTYr
Mardi 14 Août - 12:18





Facebook