Connectez-vous S'inscrire

Le virus Ebola serait capable de survivre 2 ans dans le sperme de l'homme


Rédigé le 2 Juillet 2018 à 15:59 commentaire(s) modifié le 2 Juillet 2018 - 16:27



Des chercheurs américains viennent de découvrir que, grâce à certaines protéines, le virus Ebola serait capable de survivre 2 ans et demi dans le sperme masculin.

Découvert en 1976 au Soudan et en République Démocratique du Congo, le virus Ebola est responsable de fortes fièvres et d'hémorragies souvent mortelles pour l'homme. Entre humains, le virus (qui entraîne dans un premier temps des symptômes qui rappellent ceux de la grippe : fièvre supérieure à 38°C, faiblesse musculaire, maux de tête...) se transmet par contact direct avec le sang et les liquides biologiques des personnes infectées, mais aussi par contact indirect avec leur environnement.
 
En 2018, le virus Ebola est loin d'avoir disparu. Ainsi, en l'espace de 2 semaines à la fin du mois de mai 2018, 52 cas ont été recensés en République Démocratique du Congo - 22 personnes sont décédées.
 
Le virus peut survivre plus de 2 ans dans le sperme grâce à certaines protéines  

Des chercheurs de l’University of Pennsylvania (aux États-Unis) viennent de faire une découverte inquiétante : le virus Ebola serait capable de survivre dans le sperme de l'homme durant... 2 ans et demi.
 
La clé du problème ? Ce sont les protéines amyloïdes contenues dans le sperme qui « aident » le virus à infecter d'autres cellules - ces protéines jouent également un rôle dans la transmission du VIH.
 
« Si nous parvenons à modifier la structure des protéines amyloïdes afin d'empêcher la prolifération du virus, nous serons peut-être en mesure de mieux contrôler les épidémies qui sévissent actuellement en Afrique de l'Ouest » expliquent les chercheurs américains. Ceux-ci sont également en train de vérifier si la flore vaginale permet elle aussi la survie du virus Ebola.
 
Ces travaux ont été publiés dans la revue spécialisée Proceedings of the National Academy of Sciences.



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 5 Juillet 2018 - 17:17 ​3 signes de diabète chez la femme

Investissement /Ecofinance.sn | Commerce/Ecofinance.sn | Infrastructures/Ecofinance.sn | Energie/Ecofinance.sn | TIC/Ecofinance.sn | Collectivités locales/Ecofinance.sn | Emploi/Ecofinance.sn | Contribution/Ecofinance.sn | Innovation/Ecofinance.sn | Nomination/Ecofinance.sn | Palmarès/Ecofinance.sn | Sante | Agriculture/Ecofinance.sn | Portrait | Reportage | Interview | Décrets | Ecobusiness | Bon à savoir



Inscription à la newsletter

Blog Ecofinance
le 10/09/2018

HYDROCARBURES : ce qu’il faut comprendre sur les activités d’exploration-production

(Ecofinance.sn – Dakar) - Au Sénégal, le pétrole...











Derniers tweets
Ecofinance.sn : BRT : environ 239 milliards FCFA pour une exécution efficace du projet https://t.co/EPc2REbliE https://t.co/Jcz8BRc9Og
Mardi 18 Septembre - 20:45
Ecofinance.sn : Bus Rapid Transit : les impacts du projet sur la population https://t.co/3IIGXL862m https://t.co/a6zMY2DGmz
Mardi 18 Septembre - 19:44
Ecofinance.sn : Orange-MainOne : un partenariat pour plus de connectivité sur la côte ouest africaine https://t.co/bmuVWfstng https://t.co/9gKqQzAjdx
Lundi 17 Septembre - 13:50
Ecofinance.sn : (https://t.co/Vk9QRlmNek – Dakar) - L’Etat du Sénégal a maintenant de quoi prendre en charge, de manière durable, l… https://t.co/PrviUrzRXs
Samedi 15 Septembre - 15:42





Facebook