Connectez-vous S'inscrire
ecofinance.sn
 

L'e-commerce peut-il remplacer le commerce traditionnel au Sénégal ?


Rédigé le Mercredi 9 Décembre 2015 à 16:53 | Lu 116 fois | 0 commentaire(s)


Contribution

Ecofinance.sn (Dakar) - Tel un nouveau gadget, l’e-commerce occupe de plus en plus une place importante dans les habitudes des consommateurs sénégalais, et les enseignes d’e-commerçants sont de plus en plus nombreuses, au point où certains se demandent si ce nouveau mode d’achat ne finira pas par sonner la fin du commerce traditionnel dans notre pays.


L'e-commerce bouscule le commerce traditionnel au Sénégal.
L'e-commerce bouscule le commerce traditionnel au Sénégal.
Pas un jour ne se passe sans que les consommateurs sénégalais soient interpelés par les nombreuses annonces d’e-commerçants qui rythment désormais le marché de la distribution au Sénégal. Il faut dire que le secteur est en pleine croissance, et le nombre de sénégalais qui font leurs achats en ligne est en augmentation permanente.
 
«Acheter sur Internet, c’est pratique et c’est moins cher», c’est du moins le point de vu d’une bonne partie de ces adeptes de l’achat en ligne. Ces critères soulignés sont certainement les fondements qui expliquent le mieux la croissance fulgurante de l’e-commerce ces deux dernières années dans notre pays.
 
La toile sénégalaise est désormais comparable à un grand centre commercial, on y trouve de tout, services hôteliers, vente de voiture, marketplace, électroménagers, informatiques, habillement… rien n’est laisser de côté par les e-commerçant.
 
En combinant des coûts fixes relativement bas et des boutiques et services en lignes  disponibles 24/24h, on serait même tenté de croire que ces e-commerçants ont une longueur d’avance sur le commerce traditionnel. En terme de fréquentation, l'e-commerce et les magasins physiques font désormais quasiment jeu égal sur les comportements d'achats des sénégalais, notamment chez la classe moyenne.

Doit-on s’attendre à la fin du commerce traditionnel ?

Bien que bousculé, l'e-commerce a de beaux jours au Sénégal.
Bien que bousculé, l'e-commerce a de beaux jours au Sénégal.
Du point de vu de nombreux acteurs d’e-commerce au Sénégal, il ne faut pas voir dans la croissance de leur secteur, la fin du commerce traditionnel, mais juste une nouvelle façon de vendre.
 
«Il est indéniable que l’e-commerce est de plus en plus présent au Sénégal, comme partout en Afrique, mais il serait maladroit de penser que l’on puisse aujourd’hui se détacher du commerce traditionnel. Peut-on imaginer le grand Sandaga réduit à un grand désert commercial ? Je ne le pense pas. Il faut plutôt voir le développement de ce secteur comme une complémentarité au commerce traditionnel», explique Ismael Cabral Kambel, chargé des relations publique à la plateforme en jovago.com.
 
Avec des milliers d'années d'expérience, les commerçants traditionnels sont vraisemblablement plus aguerris à la vente et ont probablement encore beaucoup à apprendre à leurs homologues e-commerçants nouveaux venus et fans de technologie.
 
Et pour continuer à s’imposer, les commerçants traditionnels peuvent compter sur le marchandage, une pratique devenue avec les années une composante essentielle de la transaction commerciale dans notre pays.
 
Tout se discute, ou du moins se négocie. Même si les consommateurs trouvent souvent moins cher en ligne, l’absence de négociation avec le vendeur reste un frein.
 
«Pour mes achats, je préfère me rendre au marché, ici, je vois l’article que j’achète et je peux négocier jusqu’à la moitié du prix», explique Aïda Kébé, une habituée des grands espaces commerciales des habitats à loyers modérés (Hlm), un quartier de Dakar.
 
Autre avantage, la lèche vitrine, un plaisir des yeux. Faire les magasins est avant tout une activité sociale, un moyen de rêver.
 
Toutefois, il faut reconnaitre que l’e-commerce a apporté de nombreux bouleversement dans les habitudes des consommateurs,  notamment chez les plus jeunes dont les technologies n’ont aucun secret. On ne parlera donc pas de fin du commerce traditionnel mais de complémentarité entre ces deux composantes, présentant chacun des avantages pour les consommateurs.
 




Dans la même rubrique :
< >

blog Ecofinance

Bourde 2017
BOURDE 2017 | société par le 27/11/2017

BOURDE 2017 - Chapitre 6 - Zawiya El Hadj Malick Sy

BOURDE 2017 | société par le 27/11/2017

BOURDE 2017 - Chapitre 7 - Mosquée Serigne Babacar Sy


Inscription à la newsletter



Indices boursiers internationaux











Derniers tweets
Ecofinance.sn : Téléphonie fixe : la Sonatel ultra-dominatrice https://t.co/3cYF2G5GLQ https://t.co/gM3OwH9AQu
Mardi 12 Décembre - 13:35
Ecofinance.sn : Le parc de lignes de téléphonie fixe en recul de 0, 23 % au 3e trimestre https://t.co/kicl5zkyMd https://t.co/rP6s2y8bny
Mardi 12 Décembre - 13:35
Ecofinance.sn : FORUM SUR LES INVESTISSEURS DE LA MICROFINANCE : Les participants pour une meilleure inclusion financière Lors du F… https://t.co/6fEnviHr4U
Mardi 12 Décembre - 13:35
Ecofinance.sn : AMINATA ANGELIQUE MANGA, MINISTRE DE L’ECONOMIE SOLIDAIRE ET DE LA MICROFINANCE : «L’Etat accorde une grande import… https://t.co/fbP1YivJ7N
Mardi 12 Décembre - 13:35
Ecofinance.sn : Avènement de Bale II et Bâle III : Des changements très importants pour la banque L’avènement des normes Bâle II et… https://t.co/ZgOmMhJ2kw
Mardi 12 Décembre - 13:35