Connectez-vous S'inscrire
ecofinance.sn

L’Afrique invitée à fortifier sa croissance


Rédigé le Jeudi 25 Janvier 2018 à 09:05 | Lu 60 fois | 0 commentaire(s)


Les épisodes de croissance en Afrique ne durent pas souvent longtemps. En raison de cette situation, le continent doit « questionner les voies et moyens de fortifier la croissance et d’améliorer sa qualité au bénéfice des populations ».


L’Afrique invitée à fortifier sa croissance
L’Afrique invitée à fortifier sa croissance
Ecofinance.sn - (Dakar) - Ce point de vue a été exprimé par Mamadou Sarr, le directeur de cabinet du ministre du Budget, lors d’un atelier organisé à Dakar, sur le thème : «Réaliser le miracle africain : politiques de diversification et de croissance ».
 
D’après lui, « au cours des deux dernières décennies, l’Afrique a réalisé des progrès remarquables », avec un rythme de progression de l’économie « particulièrement élevé dans bon nombre de pays, porté notamment par des réformes d’envergure et un environnement international porteur ».  
 
Cependant, « le récent coup de frein à la croissance imputable pour une large part au recul des cours des produits de base » a fragilisé les acquis.  Ce qui met les gouvernements africains devant leur responsabilité historique, « celle de libérer le potentiel productif afin d’élargir les bases de la production et résister aux vents contraires », estime-t-il.
 
Selon lui, les épisodes de croissance en Afrique étant « plus brefs que dans les autres parties du monde », « il est donc important, dans un nouvel élan national et avec l’appui des partenaires, de questionner les voies et moyens de fortifier la croissance et améliorer sa qualité au bénéfice des populations ».   
 
Il rappelle à cet égard que « les économistes s’accordent sur les vertus de l’élargissement de la base productive et l’extension de la gamme des produits, surtout lorsqu’ils s’accompagnent d’une meilleure sophistication ».
 
« La production davantage de biens et services à forte valeur ajoutée sous-tendue par une productivité vigoureuse constitue, au regard de l’histoire contemporaine, un excellent vecteur de transformation structurelle pour l’émergence », souligne-t-il.    
 
 
Pour lui, « le saut qualitatif sur l’échelle de la productivité est, un dénominateur commun aux pays émergents ».
 
« L’innovation et les progrès technologiques sont à cet égard à promouvoir. Il semble également fondamental de renforcer les investissements, notamment, dans les infrastructures, l’énergie et le capital humain pour diversifier l’économie et conforter sa résilience. D’un autre côté, l’assainissement du cadre macroéconomique et la promotion de la gouvernance semblent nécessaires. »
 
Il ajoute que la transition de l’agriculture vers l’industrie puis vers les services est aussi « une voie prônée par des économistes parmi les plus éminents et des organisations internationales très crédibles ».
 
 
 




Dans la même rubrique :
< >

blog Ecofinance
le 19/02/2018

Côte d'Ivoire : ouverture de la campagne de commercialisation 2018 de la noix de cajou

La campagne de commercialisation de la noix de...


Inscription à la newsletter











Derniers tweets
Ecofinance.sn : Gabon : lancement d'un nouveau programme d'électrification rurale https://t.co/UnEWN1ylnE https://t.co/VUx33k6Rl0
Lundi 19 Février - 10:51
Ecofinance.sn : Zambie : le FMI oppose un niet à un prêt de 1,3 milliard de dollars Le FMI a rejeté une demande de prêt du gouverne… https://t.co/bjA2rxGm2f
Lundi 19 Février - 10:51



blog Ecofinance
BOURDE 2017 | société le 27/11/2017

BOURDE 2017 - Chapitre 6 - Zawiya El Hadj Malick Sy