Connectez-vous S'inscrire

L'Afrique du Sud fustige le protectionnisme américain


Rédigé le 17 Juillet 2018 à 09:14 | 0 commentaire(s) modifié le 17 Juillet 2018 - 11:01


Les autorités sud-africaines n'apprécient pas les termes de la version 2018 de la loi américaine sur la croissance et les opportunités. Ceux-ci prévoient de nouveaux tarifs douaniers américains mais excluent aussi certains produits comme l'acier. Des dispositions qui selon les autorités sud-africaines, risquent de porter un coup à l'économie de la nation arc-en-ciel.


L'Afrique du Sud fustige le protectionnisme américain

La nouvelle formule de la loi américaine sur la croissance et les opportunités (AGOA) ne fait pas plaisir aux autorités sud-africaines. D'après Rob Davies, le ministre sud-africain du commerce et de l'industrie cité par Africanews, les nouvelles dispositions prises dans la version 2018 de l'AGOA engendrent des dommages collatéraux. Pour le responsable, l'Afrique du Sud est prise au piège.

«Nous en sommes à payer des dégâts collatéraux dans un conflit que nous n'avons pas provoqué et qui omet le fait que nous devons aussi faire face aux conséquences de la surabondance de l'acier sur le marché mondial et que l'Afrique du Sud prend des mesures pour défendre sa propre production», a déclaré Rob Davies.

Selon lui, Pretoria a dû beaucoup se battre pour défendre sa production d'acier, en prenant des mesures parfois «controversées» pour gérer l'équilibre en amont et en aval «dans un processus assez compliqué». «Nous n'avons tout simplement pas la capacité portuaire pour importer tout l'acier dont nous avons besoin. Il y aura donc des effets en cascade. C'est une question qui s'impose à nous», a finalement averti le ministre sud-africain qui craint l'effondrement de secteur local de l'acier.
Rob Davies est même allé plus loin en s'en prenant ouvertement à l'administration Donald Trump. Évoquant les nouvelles dispositions dans l'AGOA qui excluent l'acier, il a indiqué que contrairement à l'objectif qui a été annoncé à son lancement en 2002, notamment de contribuer à accélérer le développement du continent, l'AGOA ne vient pas aider les pays d'Afrique sub-saharienne à se développer. Il vient plutôt les maintenir dans leur statut de producteurs et d'exportateurs de matières premières sans valeur ajoutée, a insisté Rob Davies.


Latribune d'afrique




Investissement /Ecofinance.sn | Commerce/Ecofinance.sn | Infrastructures/Ecofinance.sn | Energie/Ecofinance.sn | TIC/Ecofinance.sn | Collectivités locales/Ecofinance.sn | Emploi/Ecofinance.sn | Contribution/Ecofinance.sn | Innovation/Ecofinance.sn | Nomination/Ecofinance.sn | Palmarès/Ecofinance.sn | Sante | Agriculture/Ecofinance.sn | Portrait | Reportage | Interview | Décrets | Ecobusiness | Bon à savoir



Inscription à la newsletter

Blog Ecofinance
le 31/07/2018

CEMAC : dernière ligne droite pour mobiliser 130 milliards de Fcfa pour le secteur agricole

Le président de la Commission de la Communauté...











Derniers tweets
Ecofinance.sn : Etats-Unis : le moral des ménages poursuit sa dégradation https://t.co/y4I0VUEt7X https://t.co/eoL112LPjj
Vendredi 17 Août - 18:12
Ecofinance.sn : Uemoa : lente reprise des activités du marché boursier régional en mai 2018 https://t.co/3SGHIpU5fD https://t.co/ypREhqJpCv
Jeudi 16 Août - 13:27
Ecofinance.sn : Uemoa : progression de la situation monétaire en mai 2018 https://t.co/AeUjz6d7vX https://t.co/Dc3FHvH02d
Jeudi 16 Août - 13:07
Ecofinance.sn : Manque d’eau à Dakar : Las Plamas la résiliente, n’acceptera plus jamais ! https://t.co/ywVI3xsxR7 https://t.co/mf889kaS9q
Jeudi 16 Août - 12:37





Facebook