Connectez-vous S'inscrire
economie, finance : l'actualité au senegal et en afrique

Gabon : l'Etat rassure le secteur privé et éponge 77% de sa dette intérieure


Rédigé le 12 Février 2018 à 08:51 | 0 commentaire(s) modifié le 12 Février 2018 - 09:51


L'Exécutif gabonais a décidé de payer 77% de la dette intérieure du pays qui s'élève à 400 milliards de francs CFA. D'après la présidence de la République, cette part de la dette évaluée à 310 milliards de francs CFA sera payée à 177 entreprises privées regroupées au sein du Groupement d'intérêt économique.


Gabon : l'Etat rassure le secteur privé et éponge 77% de sa dette intérieure
(Ecofinance.sn Dakar) - Un ouf de soulagement pour le secteur privé gabonais, puisque les autorités du pays viennent d'annoncer leur décision de payer 77% de la dette intérieure de l'Etat qui s'élève à 400 milliards de francs CFA. D'après un communiqué de la présidence de la République, l'Etat versera la somme de 310 milliards de francs CFA à 177 entreprises gabonaises regroupées au sein du Groupement d'intérêt économique (GIE) au titre du paiement de sa dette. Il s'agit d'une mesure qui intervient dans le cadre d'un vaste plan de remboursement définitif de la dette des entreprises locales à travers le mécanisme dit du «Club de Libreville».

«Le chef de l'Etat a annoncé ce vendredi matin, au sortir d'une réunion, le paiement de 310 milliards de francs CFA dans le cadre de la dette intérieure. Ces 310 milliards de francs CFA représentent 177 entreprises et deux tiers de la dette intérieure globale », a déclaré Brice Laccruche Alihanga, directeur de cabinet du président gabonais, dans une vidéo publiée par la présidence. «Toutes les entreprises qui auront des créances inférieures à 2 milliards de francs CFA dus seront intégralement payées d'ici les dix prochains jours», a poursuivi le responsable, laissant entendre qu'une priorité sera accordée aux petites et moyennes entreprises PME lors de cette première phase de décaissement.

Le paiement des 310 milliards se fera en deux tranches : un premier versement immédiat de 160 milliards de Fcfa qui interviendra d'ici la fin du mois en cours sous forme d'un financement bancaire versé au GIE. Le reste, soit 150 millions de francs CFA, se fera sous forme d'un rachat par les institutions bancaires ou financières locales «dans un délai d'un mois». Selon la présidence gabonaise, les dettes prises en compte par ces paiements ont été validées par le Trésor public, la Direction générale du budget, la Direction générale de la dette, en accord avec la Confédération patronale gabonaise (CPG).

Redonner souffle à l'économie

Cette décision de l'Etat gabonais de payer les entreprises du pays s'inscrit dans le cadre d'une réforme de l'Etat, menée à travers la renégociation et la restructuration de la dette publique dans des termes plus favorables, estime-t-on à la présidence. «In fine, cela nous permet de retrouver les capacités nécessaires pour relancer l'économie à travers des politiques d'investissement ambitieuses qui doivent profiter à l'ensemble des Gabonais, dont l'amélioration des conditions de vie quotidienne demeure notre priorité », a expliqué Brice Laccruche Alihanga.

Selon lui, cette décision est un «signal fort» envoyé au secteur privé qui pourrait de nouveau investir alors qu'il «regagne confiance dans la parole de l'Etat» qu'il peut considérer comme un partenaire économique «fiable».
Ainsi en contrepartie de ce geste de l'Etat, les entreprises devront réinvestir une partie des montants remboursés afin de participer à l'effort de relance de l'économie du pays en redémarrant les chantiers  à l'arrêt.

Avec latribune d'afrique





Dans la même rubrique :
< >

Investissement /Ecofinance.sn | Commerce/Ecofinance.sn | Infrastructures/Ecofinance.sn | Energie/Ecofinance.sn | TIC/Ecofinance.sn | Collectivités locales/Ecofinance.sn | Emploi/Ecofinance.sn | Contribution/Ecofinance.sn | Innovation/Ecofinance.sn | Nomination/Ecofinance.sn | Palmarès/Ecofinance.sn | Sante | Agriculture/Ecofinance.sn | Portrait | Reportage | Interview | Décrets | Ecobusiness | Bon à savoir