Connectez-vous S'inscrire
economie, finance : l'actualité au senegal et en afrique

Energies renouvelables : l’égyptien EFG Hermes vise les 500 MW d’ici 3 ans


Rédigé le 26 Décembre 2017 à 13:57 | 0 commentaire(s) modifié le 26 Décembre 2017 - 14:04


L’attractivité du marché nord-africain des énergies renouvelables n'est plus à démontrer pour la banque d’investissement égyptienne EFG Hermes. Cet investisseur institutionnel compte investir quelques 500 millions de dollars d’ici 2020 pour la mise en place où le rachat d’actifs disposant d’une production de 2.000 MW.


Energies renouvelables : l’égyptien EFG Hermes vise les 500 MW d’ici 3 ans

(Ecofinance.sn Dakar) - La banque d'investissement égyptienne EFG Hermes vient d'annoncer son intention de multiplier les opérations dans le secteur des énergies renouvelables. L'établissement a pour objectif de gérer des projets totalisant entre 400 et 500 Mégawatts en Afrique du Nord et se donne un délai de 3 ans pour y arriver.

Objectif 2.000 MW

Avant de cibler le marché nord-africain, la banque égyptienne avait déjà mis en place Vortex, un holding pour investir dans le marché européen des énergies renouvelables. « Nous envisageons de créer un holding pour gérer des projets énergétiques, comme Vortex, mais en Egypte », a annoncé, Bakr Abdel Wahab, le patron d'EFG Hermes dans un communiqué.

Pour atteindre cet objectif, la banque devra mobiliser quelques 250 millions de dollars en investissements. EFG Hermes ne compte pas se limiter à cet objectif et compte atteindre une puissance de 2.000 mégawatts d'ici 2020 via le rachats d'actifs avec un capital de 500 millions de dollars. « Les stations dans lesquelles nous allons investir seront construites au premier trimestre 2018 et devraient être opérationnelles en 2019 »,précise le management de la banque d'investissement.

Réorientation vers le Sud

Cette orientation de la banque vers les énergies renouvelables s'inscrit dans la stratégie de diversification voulue par le management de ce qui est l'un des plus importants établissements du Moyen-Orient. L'objectif pour la banque est que les services non financiers représentent 50% de ses bénéficies d'ici 2020-2021, cette part devrait atteindre les 10% lors de cet exercice.

Le groupe vient par ailleurs de se séparer de 45% de son portefeuille d'énergie solaire détenu par sa filiale Vortex pour un peu plus de 90 millions de dollars (67,5 millions de livres sterling) à Kumpulan Wang Persaraan (KWAP) deuxième fonds de pension de Malaisie. Vortex continue à détenir 5% du capital de Vortex Solar qui détient des actifs équivalent à 356 MW de production d'énergie solaire photovoltaïque britannique de TerraForm Power.

Une cession qui devrait financer les opérations nord africaines du groupe égyptien. Le management d'EFG Hermes, table par ailleurs sur la ruée prévue des investisseurs du Golfe et d'Asie en 2018 sur le secteur des énergies renouvelables et compte profiter de la volonté du Caire de porter la part du renouvelable à 20% de son mix énergétique.

La banque opère également en Afrique de l'Est en utilisant le Kenya comme hub pour ses opérations dans la zone, cherche maintenant à s'implanter sur le marché nigérian en 2018 en offrant des services de courtage.

latribune afrique




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 12 Juillet 2018 - 21:12 Optimisation fiscale, Macky donne la formule

Investissement /Ecofinance.sn | Commerce/Ecofinance.sn | Infrastructures/Ecofinance.sn | Energie/Ecofinance.sn | TIC/Ecofinance.sn | Collectivités locales/Ecofinance.sn | Emploi/Ecofinance.sn | Contribution/Ecofinance.sn | Innovation/Ecofinance.sn | Nomination/Ecofinance.sn | Palmarès/Ecofinance.sn | Sante | Agriculture/Ecofinance.sn | Portrait | Reportage | Interview | Décrets | Ecobusiness | Bon à savoir