Connectez-vous S'inscrire
Facebook
Google+
Mobile
LinkedIn
Twitter
economie, finance : l'actualité au senegal et en afrique

Diamant : la sous-tarification aurait coûté près de 500 millions de dollars en six ans à la plus grande mine d'Angola


Rédigé le 13 Juin 2018 à 10:27 | 0 commentaire(s) modifié le 13 Juin 2018 - 10:39


Dans le cadre de son plan de diversification économique, l’Angola s’est attaqué, depuis quelque temps, à son secteur du diamant, préparant une restructuration de fond, notamment au niveau législatif. Jusqu’ici le cinquième pays producteur de diamant au monde brandissait uniquement sa volonté d’accroître la production et d’attirer les investisseurs afin de repositionner le pays sur le marché mondial. Mais l’agence Reuters a mis la main sur un document présenté en privée au gouvernement en mars dernier, qui révèle des pertes d’environ 500 millions de dollars au cours des six dernières années en raison d’une sous-tarification imposée par l’Etat.


Diamant : la sous-tarification aurait coûté près de 500 millions de dollars en six ans à la plus grande mine d'Angola

464 millions de dollars pour être plus exacte, c'est la somme qu'aurait perdu, au cours des six dernières années, la mine de Catoca, la plus grande d'Angola et la quatrième au monde, révèle Reuters ce mardi 12 juin, citant un document présenté par l'industrie au ministre des Ressources naturelles et du pétrole, Diamantino Azevedo, lors d'une réunion privée le 16 mars dernier. Selon la même source, ces pertes résulteraient « d'un système de commercialisation imposé par le gouvernement qui l'oblige à vendre sa production en dessous des prix internationaux ».

Selon le document présenté au ministre, ajoute Reuters, « les diamants de Catoca auraient été vendus en moyenne 24 % de moins que les prix du marché au cours des six dernières années jusqu'à 2017 inclus ».

Mine aux 110 millions de carats de réserves

Pour rappel, la mine de Catoca -qui produit les trois quarts des diamants angolais- est une mine à ciel ouvert située à l'est du pays et active depuis 1992. Chaque année la production de diamant brut est évaluée en moyenne à 6,8 millions de carats, tandis que les réserves sont estimées à 110 millions de carats.

 

mine de Catoca

Contexte qui aurait chassé les investisseurs?

La mine est détenue par la Russe Alrosa et l'entreprise publique angolaise de diamants Endiama à hauteur de 41% chacune, tandis que les 18% restants reviennent à la hollandaise LL International Holding B.V. Jusqu'à l'été dernier, le brésilien Odebrecht faisait partie du tour de table de cette mine, mais mêlé à un scandale de corruption, il s'était retiré.

latribune afrique

latribune afrique



Investissement /Ecofinance.sn | Commerce/Ecofinance.sn | Infrastructures/Ecofinance.sn | Energie/Ecofinance.sn | TIC/Ecofinance.sn | Collectivités locales/Ecofinance.sn | Emploi/Ecofinance.sn | Contribution/Ecofinance.sn | Innovation/Ecofinance.sn | Nomination/Ecofinance.sn | Palmarès/Ecofinance.sn | Sante | Agriculture/Ecofinance.sn | Portrait | Reportage | Interview | Décrets | Ecobusiness



Blog Ecofinance
le 18/06/2018

Entendre les voix des jeunes agriculteurs africains

Mardi 12 Juin 2018 L’Afrique traverse une crise...


Inscription à la newsletter








Marie DIOUF | 19/06/2018 | 43 vues
Marie DIOUF | 11/06/2018 | 56 vues




Derniers tweets
Ecofinance.sn : Bourse : Pierre Goudiaby Atépa reconduit dans ses fonctions de Président des Conseils D’administration de la BRVM e… https://t.co/Fo5sU15pIs
Mercredi 20 Juin - 10:46
Ecofinance.sn : Marché financier de l’Uemoa : Environ 7.500 milliards de FCfa mobilisés par les Sgi en 20 ans En 20 ans d’existence… https://t.co/OiWKgEPAnn
Mercredi 20 Juin - 02:11






blog Ecofinance