Connectez-vous S'inscrire
economie, finance : l'actualité au senegal et en afrique

Cameroun : 1,6 milliard de Fcfa d'investissements pour l'agropole de pisciculture de Bazou


Rédigé le 19 Janvier 2018 à 16:58 | 0 commentaire(s) modifié le 19 Janvier 2018 - 17:03


L'agropole de production de poissons d'eau douce de la ville de Bazou, lancé officiellement ce 12 janvier, a nécessité un investissement total de 1,6 milliard de francs CFA. Assurant à terme des volumes de production de 241 tonnes de clarias et 1,3 million d'alevins, le projet a été soutenu par les investissements publics à hauteur de 600 millions de francs.


(Ecofinance.sn Dakar) - Pas moins d'un 1,6 milliard de francs CFA ont été nécessaires à la mise sur pied du nouveau agropole de production et de transformation de poissons d'eau douce, lancé  officiellement ce 12 janvier dans la ville de Bazou à l'ouest du Cameroun.

D'après le ministère de l'Economie, l'agropole de pisciculture permettra à terme une production annuelle de 241 tonnes de clarias et 1,3 million d'alevins. En termes d'objectifs, les prometteurs devront assurer la commercialisation des produits, mais aussi et surtout porter la production annuelle à 1 585 tonnes pour assurer la pérennité du projet. «En produisant partout au Cameroun du poisson d'eau douce en grande quantité, nous avons la certitude que les consommateurs auront toujours sur leur table, du poisson frais et de bonne qualité», commente un des prometteurs du projet cité par l'agence APA.

Côté financement, la part de l'Etat dans ce projet est estimée à 600 millions de francs CFA. Une contribution qui démontre l'importance accordée aux projets d'agropoles, d'autant plus que le gouvernement ambitionne de mettre sur pied des activités génératrices de revenus, capables de participer à la réduction des volumes d'importations de denrées alimentaires dans les zones rurales du pays.

200 000 tonnes de poissons importées chaque année

Le poisson est un aliment très prisé au Cameroun. Selon les sources officielles, la demande annuelle locale est évaluée à 300 000 tonnes de poissons, soit presque 200 000 tonnes de plus que les volumes de l'offre du marché. Les importations de poissons, elles, sont estimées en valeur à quelque 125 milliards de francs de CFA chaque année.

«Le développement du secteur des pêches et de l'aquaculture ne peut se faire sans l'implication des privés. Je voudrais donc saisir cette occasion pour lancer un vibrant appel aux investisseurs privés à venir investir dans la pêche, plus particulièrement la pêche crevettière et l'aquaculture commerciale», avait déclaré Dr Taiga, ministre de l'Elevage, des pêches et des industries animales, lors d'une interview accordée à la presse locale.
 





Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 12 Juillet 2018 - 21:12 Optimisation fiscale, Macky donne la formule

Investissement /Ecofinance.sn | Commerce/Ecofinance.sn | Infrastructures/Ecofinance.sn | Energie/Ecofinance.sn | TIC/Ecofinance.sn | Collectivités locales/Ecofinance.sn | Emploi/Ecofinance.sn | Contribution/Ecofinance.sn | Innovation/Ecofinance.sn | Nomination/Ecofinance.sn | Palmarès/Ecofinance.sn | Sante | Agriculture/Ecofinance.sn | Portrait | Reportage | Interview | Décrets | Ecobusiness | Bon à savoir