Connectez-vous S'inscrire
ecofinance.sn

Apurement de la dette intérieure du Mali : Les fournisseurs nationaux de l’Etat réclament plus de 110 milliards de FCFA


Rédigé le Mardi 12 Juillet 2016 à 11:04 | Lu 47 fois | 0 commentaire(s)


Ecofinance.sn ( Dakar ) Face au refus du ministre de l’Économie et des Finances, Dr Boubou Cissé de payer la dette des créanciers nationaux, estimée à plus de 110 milliards de francs CFA, les responsables de l’Association des opérateurs économiques et fournisseurs de l’État ont animé, hier jeudi 30 juin, au Quartier du fleuve, une conférence de presse. Objectif : dénoncer cette décision du ministre qu’ils jugent injustice et discriminatoire.


Apurement de la dette intérieure du Mali : Les fournisseurs nationaux de l’Etat réclament plus de 110 milliards de FCFA
Ladite conférence était animée par le secrétaire général de l’association, Mohamed Bah, en présence de nombreux militants et sympathisants de l’association. Le conférencier a, dans son exposé, rappelé que suite à la grave crise qui secoue notre pays depuis 2012, les bailleurs de fonds avaient instruit au gouvernement malien l’apurement de sa dette intérieure afin de permettre à l’économique malienne de tourner. Il ajoutera que suite à cette exigence des bailleurs de fonds, l’État, après un appel d’offres, avait confié l’audit de ladite dette entre 1995 et 2012 à un Cabinet d’audit français, EGCC international.
Selon le conférencier, les conclusions de l’audit ont établi que l’État malien doit plus de 120 milliards de FCFA à ses créanciers nationaux et internationaux. « Pour l’épurement de cette dette, une commission d’élaboration des termes de référence (TRD), composée des représentants de tous les services intervenant dans le système financier, a été mise en place », a-t-il précisé.
À le croire, la commission avait conclu que les dettes contractées sur la base des documents, notamment les factures proforma, les bordereaux  et les bons de livraison sont considérés comme des dossiers non budgétisés, estimés à plus de 110 milliards de FCFA et celles contractées sur la base des contrats simplifiés et des marchés visés par le contrôle financier sont des dossiers budgétisés. Et de poursuivre que la commission avait également conclu que 60 % les dossiers non budgétisés seront payés et ceux considérés comme budgétisés seront en totalité (100 %).
Aux dires du conférencier, leur surprise fut grande lorsque l’actuel ministre de l’Économie et des finances, Dr Boubou Cissé et son conseiller technique d’alors chargé de la dette intérieure, Ben Bouillé, ont décidé de fouler aux pieds les conclusions des travaux du Cabinet d’audit payé à coût de centaines de millions de nos francs.
À l’en croire, les ministres Boiré Fily Sissoko et Mamadou Igor Diarra avaient commencé à payer les créanciers de l’État en respectant l’esprit des termes de référence du Cabinet d’audit. « L’actuel ministre Dr Boubou Cissé avait même commencé à payer. Car, il avait autorisé la signature de certains dossiers. C’est à la nomination de l’ancien directeur général du trésor, Ben Bouillé, au poste de conseiller technique chargé de la dette intérieure que nous avons constaté le blocage dans le paiement. Ce dernier est décidé à régler ses comptes avec les fournisseurs de l’État. Car, il dit qu’il n’a reçu la visite d’aucun opérateur économique après qu’il ait été désavoué par le ministre Igor », a-t-il laissé entendre.
De sa lecture, rien ne justifie le refus du ministre et son conseiller technique d’autoriser le paiement de cette dette. Avant d’ajouter que « les dossiers ont épuisé tout le circuit financier et ont même été validés par une commission mise en place au niveau du budget avant d’être acheminés au ministère pour paiement ». Il convient de noter que les responsables de l’association des opérateurs économiques et fournisseurs de l’État comptent saisir les bailleurs de fonds afin de leur expliquer la teneur de ce qui prévaut sur l’épurement de la dette intérieure.
Pour finir, il dira que l’État malien fait semblant de se soumettre aux exigences des bailleurs de fonds car tous les créanciers internationaux ont été soldés. « Alors que l’épurement de la dette au profit des nationaux est tout simplement annulé par le locataire de l’hôtel des Finances », a-t-il conclu.




blog Ecofinance
le 22/01/2018

UEMOA : la Côte d'Ivoire tire le marché interbancaire

Les opérations interbancaires dans la zone de...


Bourde 2017
BOURDE 2017 | société par le 27/11/2017

BOURDE 2017 - Chapitre 6 - Zawiya El Hadj Malick Sy

BOURDE 2017 | société par le 27/11/2017

BOURDE 2017 - Chapitre 7 - Mosquée Serigne Babacar Sy


Inscription à la newsletter



Indices boursiers internationaux











Derniers tweets
Ecofinance.sn : Sénégal : Baisse des prix à l’importation en Novembre Les prix des produits à l’importation ont chuté de 2,5% en no… https://t.co/18xjxBnmFo
Mardi 23 Janvier - 09:11
Ecofinance.sn : Genre : L’inclusion financière participe à l’autonomisation des femmes Sophie Naudeau, Responsable Secteur Développ… https://t.co/2gp3fArli8
Mardi 23 Janvier - 09:11
Ecofinance.sn : 30ème Sommet de l’Union Africaine : les dossiers sur la table des chefs d'Etat L’instance continentale n’a pas déro… https://t.co/Xoh5eeZP8E
Mardi 23 Janvier - 08:57
Ecofinance.sn : Cameroun : recul des ventes de pétrole brut Les volumes commercialisés de pétrole brut camerounais ont atteint un t… https://t.co/zbeNndTRiZ
Mardi 23 Janvier - 08:41
Ecofinance.sn : Ghana / Conjoncture : la Banque centrale n'est pas aussi optimiste que le président Akufo-Addo La reprise économiqu… https://t.co/UhAmRwuYcB
Mardi 23 Janvier - 08:41