Connectez-vous S'inscrire

​Protéger des enfants de détenus : le Conseil de l'Europe dresse des orientations


Rédigé le 5 Avril 2018 à 17:09 | 0 commentaire(s) modifié le 5 Avril 2018 - 17:22


Le Conseil de l'Europe a publié ce 4 avril, des orientations destinées à ses 47 États membres et visant à préserver les droits et les intérêts des enfants de détenus. Dans ses recommandations, l’organe exécutif de ladite organisation a tenu à rappeler que ces enfants ont les mêmes droits que les autres enfants.


Le Comité des Ministres du Conseil de l’Europe a lancé une liste de recommandations pour le respect des droits des enfants de détenus de ces Etats membres. Il invite ainsi, les États à faire en sorte que les ministères compétents, les médiateurs pour enfants ou d’autres organismes assurent un suivi pour garantir le respect des droits et des intérêts des enfants de détenus.

L’organe exécutif de ladite Organisation «a adopté une Recommandation qui rappelle que les enfants de détenus ont les mêmes droits que les autres enfants, y compris celui d’avoir des contacts réguliers avec leurs parents, sauf si cela est jugé contraire à leur intérêt supérieur».

Le Comité est d’avis que : «le maintien de relations entre l’enfant et les parents peut avoir une incidence positive sur l’enfant mais aussi sur le parent détenu, sur le personnel et l’environnement pénitentiaires. En améliorant la préparation du détenu à sa libération et à sa réinsertion, cela peut également protéger la société dans son ensemble ».

D’après les estimations basées sur le nombre de détenus sur le territoire européen, quelque 2,1 millions d’enfants a un parent en prison.  Et, «Cette situation peut entraîner un traumatisme, une stigmatisation, des angoisses, une privation de soins parentaux et une perte de moyens financiers qui risquent de nuire au bien-être, au développement personnel, voire à la vie de ces enfants », déplore-t-il.

Pour minimiser l’impact de la détention du parent sur ses enfants, les autorités pénitentiaires doivent recourir le plus possible à des solutions telles que le congé pénitentiaire, les systèmes de prison ouverte ou la surveillance électronique, qui peuvent faciliter la transition vers la liberté, conclut-il.

 
Amina Diouf



Investissement /Ecofinance.sn | Commerce/Ecofinance.sn | Infrastructures/Ecofinance.sn | Energie/Ecofinance.sn | TIC/Ecofinance.sn | Collectivités locales/Ecofinance.sn | Emploi/Ecofinance.sn | Contribution/Ecofinance.sn | Innovation/Ecofinance.sn | Nomination/Ecofinance.sn | Palmarès/Ecofinance.sn | Sante | Agriculture/Ecofinance.sn | Portrait | Reportage | Interview | Décrets | Ecobusiness | Bon à savoir



Inscription à la newsletter

Blog Ecofinance
le 31/07/2018

CEMAC : dernière ligne droite pour mobiliser 130 milliards de Fcfa pour le secteur agricole

Le président de la Commission de la Communauté...











Derniers tweets
Ecofinance.sn : Ethiopian Airlines annonce de belles performances entre 2017-2018 https://t.co/bAlcxAn98b https://t.co/nENrjXm38l
Lundi 13 Août - 19:42
Ecofinance.sn : Cedeao : plus de 45 milliards FCFA de recettes enregistrés au premier semestre 2018 https://t.co/RM5MQ9fEq6 https://t.co/ZvEt47S6JD
Lundi 13 Août - 18:37
Ecofinance.sn : Iran: l'économie souffrirait plus de mauvaise gestion que des sanctions, selon Ali Khamenei https://t.co/nDZSwgMQri https://t.co/N6Gk5DnqvP
Lundi 13 Août - 12:22
Ecofinance.sn : BIDC : Amadou Bâ s’attaque à la bonne exécution du plan stratégique 2016-2020 https://t.co/34RiULl9Mk https://t.co/8CQHoUhURC
Vendredi 10 Août - 20:37





Facebook