Connectez-vous S'inscrire
ecofinance.sn
 

Une intensification de la concurrence peut favoriser la croissance et réduire la pauvreté en Afrique


Rédigé le Jeudi 28 Juillet 2016 à 23:48 | Lu 88 fois | 0 commentaire(s)


Ecofinance.sn (Dakar) - Un rapport de la Banque mondiale et du Forum africain de la concurrence (FAC) estime qu’une intensification de la concurrence sur les marchés de consommation ainsi que dans les secteurs des principaux facteurs de production peut stimuler le développement de l’Afrique et mettre fin à la pauvreté.


Une intensification de la concurrence peut favoriser la croissance et réduire la pauvreté en Afrique
Intitulé Breaking Down Barriers (Lever les obstacles), ce rapport a été publié mercredi. Selon ce rapport, «une baisse de seulement 10 % des prix des denrées de base, obtenue en s’attaquant aux cartels et en améliorant la réglementation qui restreint la concurrence sur les marchés de l’alimentation, peut faire sortir près d’un demi-million de personnes de la pauvreté en Afrique du Sud, au Kenya et en Zambie».
Le document estime également qu’un tel niveau de baisse peut aussi «permettre aux ménages vivant dans ces pays d’économiser plus de 700 millions de dollars par an».

Il évoque par ailleurs la nécessité d’une réforme «en profondeur» du «marché de certains secteurs essentiels pour dynamiser la concurrence et la croissance économique».
 
«Si des pays tels que l’Éthiopie, le Ghana ou la Zambie réforment leur marché des services aux sociétés, leur PIB respectif pourrait augmenter de près d’un demi-point de pourcentage, grâce à des entreprises qui ont recours de manière intensive à ce type de prestations, ajoute le rapport. Pour un pays comme la Zambie, qui a connu une croissance de 1,7 % en 2015, ce n’est pas négligeable».
 
Les effets pourraient même être plus importants avec des réformes de grande ampleur de certains services, par exemple l’électricité, les télécommunications et les transports.
Faible niveau de concurrence
Le niveau de concurrence des pays d’Afrique subsaharienne et d’Afrique du Nord est relativement faible, constate le rapport. À l’échelle mondiale, relève-t-il, plus de 70 % des pays africains se situent dans la moitié inférieure du classement en termes d’intensité perçue de la concurrence locale et d’existence d’éléments fondamentaux pour des marchés concurrentiels.
 
Ce manque de concurrence s’opère au détriment des consommateurs de la région, et en particulier des plus pauvres d’entre eux, déplore le rapport. Dans de nombreux pays africains, les denrées alimentaires de base – le riz blanc, le sucre blanc, le poulet congelé, le pain, le beurre, la farine, le lait, les pommes de terre et les œufs – sont au moins 24 % plus chères que dans le reste du monde, même en prenant en compte la demande et les coûts du transport.
 
Sur les marchés des facteurs de production également, on observe des restrictions à la concurrence qui, d’après le rapport, nuisent à la compétitivité de l’Afrique. Pour ne prendre que l’exemple du secteur des télécommunications, dans les 27 pays africains qui figurent dans ce rapport, plus de 50 % du marché de la téléphonie mobile est détenu par une même entreprise.
 
 Des études menées en Afrique ont montré que l’arrivée d’un nouvel opérateur aboutit à une augmentation de 57 % des souscriptions à un contrat de téléphonie mobile, ce qui peut avoir des effets considérables sur la productivité du pays.
 
Le rapport se consacre en particulier au développement de la concurrence et d’environnements de régulation au sein des marchés du ciment, des engrais et des télécommunications, qui sont fondamentaux pour la compétitivité du secteur de la construction et de l’agriculture, ainsi que pour la prospérité des ménages les plus fragiles.
 
Ciment : des économies de 2, 5 milliards de dollars par an
 
 S’agissant du ciment, par exemple, le rapport conclut que l’application de la législation régissant la concurrence, l’élimination des barrières non douanières et la mise en place de règles favorables à la concurrence pour que de nouveaux acteurs puissent se lancer dans la production de calcaire et de clinker pourraient permettre aux consommateurs africains d’économiser quelque 2,5 milliards de dollars par an.
 
Ce rapport, en plus de présenter les bénéfices de la concurrence dans des secteurs précis, souligne les importants progrès réalisés en Afrique en ce qui concerne la création d’autorités de la concurrence plus efficaces, et il met en évidence les aspects sur lesquels concentrer les efforts pour aviver la concurrence au sein des principaux marchés de la région.
 
Au cours des 15 dernières années, le nombre de pays d’Afrique dotés de lois sur la concurrence est passé de 13 à 32, et 25 d’entre eux sont munis d’autorités de la concurrence. Toutefois, ce rapport laisse apercevoir une marge d’amélioration s’agissant de la priorité donnée aux ressources et de l’utilisation des pouvoirs et des outils disponibles, en vue de renforcer le rôle des politiques de concurrence dans le cadre plus général du programme de développement africain.





Inscription à la newsletter




Indices boursiers internationaux











Derniers tweets
Ecofinance.sn : 21 393 certificats d'origine délivrés en 2016, (ASEPEX): (Ecofinance.sn Dakar) - En... https://t.co/Oc9p9aE3rD https://t.co/yae49vCp5q
Mardi 17 Octobre - 14:40
Ecofinance.sn : Notation financière : WARA affirme la note de Total Sénégal à A- pour sa troisième... https://t.co/Qnd4XXHWYU https://t.co/C5D6OvTjgf
Mardi 17 Octobre - 14:30
Ecofinance.sn : Total Sénégal : Fractionnnement des actions dans un rapport 01 action ancienne pour 10... https://t.co/EGhtPT0Yqi https://t.co/rLRq5D8Of0
Mardi 17 Octobre - 12:35
Ecofinance.sn : Bourse : La BRVM clôture à la baisse Mardi 17 Octobre 2017: La Bourse Régionale des... https://t.co/xs94eYknuO https://t.co/BSAY8UtIy7
Mardi 17 Octobre - 12:20
Ecofinance.sn : L'Afrique est-elle encore en plein essor ?: Entre 2000 et 2014, l'Afrique a connu une... https://t.co/dyJvThUN5c https://t.co/HaHITNS3u3
Mardi 17 Octobre - 11:29