Connectez-vous S'inscrire
ecofinance.sn
 

Tabaski 2017/ Le prix des moutons en hausse


Rédigé le Jeudi 17 Août 2017 à 13:41 | Lu 44 fois | 0 commentaire(s)


Une chaleur accablante frappe les «deux voies » de liberté 6 où les vendeurs de moutons, installés sous leur tente de fortune, surveillent nonchalamment les bêtes. En attente de clients qui se font désirer, ces commerçants, même s’ils reconnaissent que les moutons son chers, affirment cependant qu’il y en a pour toutes les bourses.


Tabaski 2017/ Le prix des moutons en hausse
(Ecofinance.sn Daka) - Habillé d’un tee-shirt et d’un pantalon noir, Daouda Ndao, la quarantaine, attend patiemment que se présentent les clients. Selon lui, contrairement à ce qui se dit, les prix des moutons sont abordables et varient en fonction des besoins. Et leur rareté s’explique aussi. 
 

 « le prix de mes moutons évoluent entre 85.000 et 1millions de FCFA.  On ne peut pas en trouver qui coutent 50.000 FCFA ou moins». Selon lui, les autorités doivent intervenir pour faire baisser les coûts en subventionnant l’eau et la nourriture des brebis». 
 

 Installé à côté, M. Ndao, plus jeune avec son short kaki et sa chemise rouge, abonde dans le même sens et appelle les autorités municipales à intervenir pour baisser les charges des vendeurs. Ce qui va impacter positivement sur les prix des moutons. 
 

Mais, soutient-il, les prix sont très abordables car, la quasi-totalité de ses moutons vendus le démontrent : «le prix des béliers varient entre 140.000 et 540.000FCFA. Ces prix sont très abordables  par rapport au marché. D’ailleurs, beaucoup de clients en ont achetés et me les ont confiés». 
 

Reconnaissant cependant qu’un mouton coutant plus de 100.000 francs CFA n’est pas accessible à tous les Sénégalais, ils ont lancé un appel à l’Etat afin d’intervenir sur les facteurs qui font que les prix sont plus ou moins élevés. Selon eux, les problèmes de l’insécurité, de l’accessibilité aux aliments de bétail, et les prix des stands entre autres, doivent être allégés pour qu’à leur tour, ils puissent baisser les prix. 
 

Quant à la rareté des ovins, ils ont rassuré sur l'arrivée, pour bientôt, des grands éleveurs . «Ils attendent juste que le jour de la Tabaski se rapproche un peu plus car, les charges sont trop lourdes».. 




Dans la même rubrique :
< >

Inscription à la newsletter


Indices boursiers internationaux











Derniers tweets
Ecofinance.sn : Unités industrielles : 70% sont des BTP https://t.co/KSrJt54Vad https://t.co/30iEWyDUkY
Mardi 19 Septembre - 17:07
Ecofinance.sn : Recensement des entreprises : 82% sont des entreprises individuelles https://t.co/lrmpKsF8dp https://t.co/jAaSWgROvV
Mardi 19 Septembre - 17:02
Ecofinance.sn : Afrique : Une étude du MAEP met le doigt sur les principaux goulets d’étranglement du... https://t.co/vyQODzkhlD https://t.co/LBY1PAeGi2
Mardi 19 Septembre - 16:13
Ecofinance.sn : BRVM : 1,14 milliard de transactions à la clôture https://t.co/igwAC48hwy https://t.co/qhzG1jzna2
Mardi 19 Septembre - 16:13
Ecofinance.sn : Burkina Faso : mémorandum d’entente pour l'importation de gaz naturel liquéfié de la... https://t.co/ECTyj9BgPu https://t.co/cqo5q46NDN
Mardi 19 Septembre - 12:37