Connectez-vous S'inscrire
ecofinance.sn
 

Pse-Fai… : ce que les professionnels du Tic attendent du gouvernement.


Rédigé le Mardi 28 Février 2017 à 11:16 | Lu 154 fois | 0 commentaire(s)


Antoine Ngom, président de l'Organisation de professionnels des Tic au Sénégal.


(Ecofinance.sn – Dakar) - Les membres de l’Organisation professionnels des technologies de l’information et de la communication (Optic) voient grand. Leur ambition, c’est de voir le gouvernement mettre en place le conseil national du numérique ‘’It board du Plan Sénégal émergent (Pse)’’et soutenir le projet de création au sein de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) un Conseil consultatif du numérique piloté par le secteur privé sous-régional.

C’est le Conseil national du patronat (Cnp), organisation patronale à laquelle appartient Optic, qui en a fait la requête au premier ministre lors de ses assises sur l’entreprise.

Et ce n’est pas la seule attente d’Optic. Les professionnels des Tic invitent aussi le gouvernement à veiller au respect des nouveaux textes réglementaires assouplissant les conditions d’exercice des fournisseurs d’accès internet (Fai) du régime de licence à celui de l’autorisation.

Ce n’est pas tout. Ils demandent également au gouvernement de réaliser un grand projet national de documents numériques sécurisés (état civil, cartes d’identité, passeports, titres de transport) pour le bien de la souveraineté numérique.

Ainsi, ils entendent, à travers l’organisation d’un salon international de l’économie numérique (Sipen), la deuxième du genre, traduire le souhait que le premier ministre sénégalais a exprimé, c’est-à-dire ce message transmis au secteur privé et à l’administration publique : «le Sénégal ne peut se contenter d’observer l’évolution du numérique et ensuite s’adapter.»

Pour le président du Cnp, Baïdy Agne, «c’est à travers le numérique que construit dès aujourd’hui l’égalité et l’inégalité des citoyens, le bien être des uns et le mal être des autres, les avantages et désavantages comparatifs des nations, ainsi que s’installe durablement cette dépendance nationale envers le service après vente à importer.»

A son avis, les enjeux sont économiques, technologiques, socioculturels et politiques.

Il est aussi d’avis que les réformes du numérique doivent se faire dès qu’elles se justifient. C’est-à-dire venir à bout de certaines positions acquises, si nécessaire et réanimer la mémoire de ceux qui ont toujours du mal à comprendre ce message du premier ministre, et font encore preuve de réticence ou d’inertie.




blog Ecofinance

Inscription à la newsletter




Indices boursiers internationaux











Derniers tweets
Ecofinance.sn : Première cotation de NSIA Banque Côte d’Ivoire le 24 octobre: La première cotation de la... https://t.co/kpqUPPx1Bp https://t.co/yCivrbQJmB
Lundi 16 Octobre - 14:19
Ecofinance.sn : VISITE AU SENEGAL : Le président du Burkina Faso impressionné par l’AIBD et le TER https://t.co/YW9rQNi9GS https://t.co/RQVK4iEmCM
Lundi 16 Octobre - 11:49
Ecofinance.sn : Avec l'inauguration d'Owendo, le Gabon veut se replacer sur la carte maritime de... https://t.co/iUouh1hxb9 https://t.co/8TaaOMdsKS
Lundi 16 Octobre - 11:38
Ecofinance.sn : FORUM DE L'ENTREPRENEURIAT : La Fondation Tony Elumelu organise la plus grande rencontre... https://t.co/hN8Wr63qhS https://t.co/yC8sY3lAqY
Lundi 16 Octobre - 11:33
Ecofinance.sn : 22 milliards pour la réhabilitation de la route Goudiry-Kidira https://t.co/0kjH2p58Gx https://t.co/IR0ASzFGhd
Lundi 16 Octobre - 11:23