Connectez-vous S'inscrire
ecofinance.sn
 

OCDE : pour une industrialisation «propre» de l'Afrique


Rédigé le Mercredi 11 Octobre 2017 à 18:10 | Lu 38 fois | 0 commentaire(s)


Cette année, le Forum économique sur l'Afrique, organisé par le Centre de développement de l'OCDE, s'est penché sur l'industrialisation et l'entrepreneuriat. A cette occasion, les ministres présents ont réaffirmé leur soutien aux entrepreneurs locaux et la poursuite des réformes engagées pour accompagner une industrialisation «propre» sur le Continent.



(Ecofinance.sn Dakar) -Mercredi 4 octobre, l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) accueillait le 17e Forum économique international sur l'Afrique, en présence de nombreuses personnalités. Si Alpha Condé s'est désisté à la dernière minute, Mamady Youla, le Premier ministre, arrivé le matin même, a assuré la représentation de l'Etat guinéen, aux côtés de Daniel Kablan Duncan, vice-président de la Côte d'Ivoire, de Jose Angel Gurria, secrétaire général de l'OCDE, de Victor Harison, commissaire des questions économiques auprès de l'Union Africaine (UA), d'Ibrahim Mohammed Awal, ministre du Développement économique ghanéen ou encore de Luis Felipe Lopes Tavares, ministre des Affaires étrangères du Cap-Vert.

Rémy Rioux représentait l'Agence française de développement (AFD) qui était «pour la première fois partenaire de l'évènement». Il a rappelé que c'est «en Afrique que se joue  largement l'avenir du monde» et a présenté les engagements pris par sa filiale Proparco qui va doubler ses financements pour atteindre 2 milliards d'euros par an, et tripler les impacts de ses interventions en faveur de l'emploi, du climat, de l'accès aux services essentiels et à l'innovation dans le cadre de sa stratégie 2017-2020.

Dans son discours introductif, le secrétaire général de l'OCDE est revenu quant à lui sur les grands défis auxquels sont confrontés les entrepreneurs africains : «Le manque d'accès à l'infrastructure et à l'électricité, l'insuffisance de personnel qualifié et les difficultés d'accès au financement».

Soutenir l'industrialisation suppose «un volontarisme politique pour attirer des opportunités d'investissement qui sont ailleurs aujourd'hui, en Chine par exemple», a poursuivi Mario Pezzini, le directeur du Centre de développement de l'OCDE qui a également proposé la création de «zones de libre-échange, sans barrière douanières» au niveau régional, mais aussi de «centres de coopération Sud-Sud» au niveau international. Les références à «l'émergence» des modèles asiatiques ont d'ailleurs alimenté les échanges tout au long de cette journée...

Un dragon ivoirien en 2020
En effet, si le «Sud innove et inspire le Nord» d'après Rémy Rioux de l'AFD, le Sud inspire également le Sud et la Côte d'Ivoire se rêve aujourd'hui en «dragon» africain. «L'Afrique est désormais visible sur les cartes économiques», a introduit 
Daniel Kablan Duncan, arrivé la veille à Paris, précisant que l'Afrique constituait désormais «la nouvelle frontière du développement». Il n'a pas caché «l'optimisme » de la Côte d'Ivoire qui ambitionne de devenir un «pays émergent d'ici à 2020 ».

Avec 30% des réserves mondiales en minerais et 60% des terres arables inexploitées ainsi qu'une population jeune (40% âgée de moins de 15 ans), le continent dispose d'atouts majeurs, mais aussi de défis de taille : «L'Afrique ne représente que 3% du commerce mondial, et seulement 2% des IDE», a-t-il déploré. Il faut «relever le défi du financement adéquat à notre développement». Daniel Kablan Duncan a rappelé que l'amélioration de l'environnement des affaires en Côte d'Ivoire reposait notamment sur une «forte dématérialisation des actes administratifs», mais aussi sur un soutien actif aux PME qui représentent aujourd'hui 18% du PIB, avec l'objectif d'atteindre 40% en 2020.

A travers le Programme Phoenix pour les PME (2015-2020) doté de 131,1 millions d'euros, la Côte d'Ivoire propose d'ores et déjà un accompagnement aux entrepreneurs ivoiriens en termes d'amélioration à l'accès aux financements et aux marchés publics, mais aussi un soutien au renforcement des capacités et à l'innovation. Le vice-président a également rappelé que le secteur industriel était en pleine expansion passant de 25% du PIB en 2014 à 30% aujourd'hui. La Côte d'Ivoire ambitionne d'atteindre 40% d'ici 2020.

Pour conclure sur l'importance des TIC dans le dispositif national, il cite Houphouët-Boigny : «Si la Côte d'Ivoire a raté la révolution industrielle, elle ne doit pas rater la révolution informatique».

En marge de l'évènement,  Daniel Kablan Duncan a assuré la promotion de la diplomatie économique ivoirienne à travers plusieurs audiences avec Vincent Larnicole, vice-président d'Airbus, mais aussi avec les représentants de la compagnie américaine Johnson & Johnson, de l'incubateur SITE F ou encore avec Louis Dreyfus, président du directoire du groupe Le Monde ou Michel Camdessus, ex-DG du FMI.





Inscription à la newsletter




Indices boursiers internationaux











Derniers tweets
Ecofinance.sn : Ouverture Aéroport International Blaise Diagne - 7 décembre 2017 https://t.co/UAADs69AuK https://t.co/gKcC4xhX9c
Jeudi 19 Octobre - 15:40
Ecofinance.sn : Un projet pour financer les initiatives des diasporas sénégalaises: Neuf milliards FCFA. C’est le montant d’un...… https://t.co/oXyCfkw18P
Jeudi 19 Octobre - 15:40
Ecofinance.sn : Conseil des Ministres du 18 octobre 2017: Le Président Macky SALL a réuni le Conseil des Ministres mercredi 18...… https://t.co/8rbiO6j4u7
Jeudi 19 Octobre - 15:40
Ecofinance.sn : Sommet mondial sur le commerce et l’investissement en Afrique du 24 au 26 juin 2018: D'éminents dirigeants de...… https://t.co/MXM8otrwEt
Jeudi 19 Octobre - 15:24
Ecofinance.sn : Ouverture AIBD, Certification OACI.... : les éclairages de M. Magaye Marame NDAO, DG ANACIM https://t.co/y3pEBRYWmk
Jeudi 19 Octobre - 11:30