Connectez-vous S'inscrire
ecofinance.sn
 

Nigeria : comment reprendre la main sur le pétrole ?


Rédigé le Mardi 7 Juin 2016 à 16:36 | Lu 41 fois | 0 commentaire(s)


Ecofinance.sn ( Dakar) - Face aux assauts des groupes rebelles sur les installations pétrolières du sud, le gouvernement, dans l'indécision, est incité à dialoguer.
Le village Okrika situé sur le pourtour du fleuve Niger au Nigeria.


Nigeria : comment reprendre la main sur le pétrole ?

Le dialogue ne prend pas entre le gouvernement et les rebelles du delta du Niger. Et ce nouveau groupe rebelle, La Force conjointe de libération du delta du Niger (JNDLF), de menacer de lancer des attaques dans le pays s'ajoutant à la longue liste des groupes déjà présents dans cette région pétrolière du Sud.

Multiplication des groupes rebelles

Un nouveau groupe rebelle issu de la région pétrolière du delta du Niger a menacé lundi, dans un communiqué, de mener des attaques imminentes contre des cibles stratégiques à travers le Nigeria. La Force conjointe de libération du delta du Niger (JNDLF) a menacé de s'en prendre "à toutes ces infrastructures qui ont été construites à travers le pays avec l'argent de nos ressources pétrolières", dont la présidence et plusieurs bâtiments officiels d'Abuja.

Ces menaces interviennent au moment où les Vengeurs du delta du Niger (NDA), un autre groupe qui a revendiqué plusieurs attaques contre des installations pétrolières, a appelé les rebelles à unir leurs forces tout en s'engageant à ne pas mener "d'actions qui mettraient des vies en danger". Pour les NDA, "la guerre" doit être concentrée "contre les installations pétrolières" : "Nous décourageons tous les groupes qui tomberaient dans le harcèlement des travailleurs pétroliers et des soldats (...) les groupes armés de missiles anti-aériens feraient mieux de baisser les armes.

" De son côté, la nouvelle JNDLF affirme, elle, être équipée de "missiles" et avoir l'intention de s'en prendre aux soldats chargés de la protection des infrastructures stratégiques de cette région.

Quels sont les sites ciblés ?

Dans la liste des sites ciblés, on trouve la présidence, les ministères, le Parlement, le siège de la compagnie pétrolière nationale (NNPC) et la banque centrale à Abuja, la capitale, ainsi que les sièges des grands groupes pétroliers étrangers et des installations de l'armée. "Nous allons faire souffrir le gouvernement et les compagnies pétrolières, tout comme ils ont fait souffrir la population de la région du delta du Niger au fil des années (...) avec la pollution de l'environnement", a déclaré le "conseil révolutionnaire" du JNDLF dans un communiqué. Plusieurs installations pétrolières, concentrées dans cette région, ont été attaquées ces dernières semaines. La plupart de ces attaques ont été revendiquées par le NDA, un groupe aux intentions clairement séparatistes, qui dit militer pour une meilleure répartition des revenus de l'or noir au Nigeria.

Le gouvernement ne veut plus lésiner sur la sécurité....

Le président Muhammadu Buhari a ordonné un dispositif de sécurité renforcé dans le Delta, pour tenter de contrer ces attaques, qui ont fait chuter la production de pétrole du Nigeria à 1,4 million de barils par jour, bien en-deçà des 2,2 millions prévus au budget 2016. L'armée a déployé des navires armés et des avions de combat dans cette région marécageuse, dans le Sud, afin de traquer les Vengeurs du delta du Niger (NDA). Mais depuis la semaine dernière des voix s'élèvent pour qu'un dialogue s'instaure entre les deux parties. Le chef de file de cette position n'est autre que l'ancien chef de l'État : Goodluck jonathan.

Pour ce membre de l'ethnie Ijaw, de l'État de Bayelsa, en plein cœur de cette région, la force n'est pas la solution. Engager un bras de fer avec les rebelles du delta du Niger "est trop délicat", selon l'ancien président, interrogé par l'agence Bloomberg depuis Londres. "Cela engendrerait des dommages trop importants à gérer pour le gouvernement. Nous avions opté pour le dialogue", a-t-il poursuivi, faisant référence à l'accord d'amnistie signé avec les ex-rebelles du delta du Niger (MEND) au terme d'une intense période de violence dans la région en 2009, quand il était vice-président. Le président Buhari, à la tête du Nigeria depuis un an, a annoncé qu'il mettrait fin à ce programme d'amnestie qui concerne 30 000 ex-rebelles, ainsi que des aides financières qui l'accompagnent, d'ici 2018.





Inscription à la newsletter


Indices boursiers internationaux











Derniers tweets
Ecofinance.sn : Dangote cible l’Europe et les Etats-Unis https://t.co/XaPyPRaJeE https://t.co/C58gimKjgE
Vendredi 18 Août - 04:42
Ecofinance.sn : BRVM : La BRVM clôture à la baisse https://t.co/yRLh9qNGJJ https://t.co/6d6iiJ5Mig
Vendredi 18 Août - 04:23
Ecofinance.sn : EMISSIONS OBLIGATIONS DU TRESOR DU NIGER: Un taux de couverture de 80,74% https://t.co/GgsCRsJSkJ https://t.co/tpeIMMYDbS
Vendredi 18 Août - 04:23
Ecofinance.sn : DÉVELOPPEMENT DE LA PÈCHE ARTISANALE : L’Etat débloque 20 milliards pour équiper 20 000... https://t.co/UqnFUjnuU3 https://t.co/9NkAlqUeK3
Vendredi 18 Août - 04:23
Ecofinance.sn : Finances publique : Le Dépenses en net progrès de 3 milliards en juin https://t.co/MLZ6d09j9I https://t.co/WPWqKZKdIv
Vendredi 18 Août - 04:23