Connectez-vous S'inscrire
ecofinance.sn
 

Franc CFA : jusqu'où la remise en cause ?


Rédigé le Lundi 14 Septembre 2015 à 18:11 | Lu 58 fois | 0 commentaire(s)


Ecofinance.sn – (Dakar) - La question est de plus en plus posée de savoir s'il faut ou pas maintenir le statu quo autour du franc CFA. Moment important : le 17 septembre à Paris.


Le débat sur le maintien ou non du F CFA revient.
Le débat sur le maintien ou non du F CFA revient.
Kako Nubukpo est l'ancien ministre de la Prospective et des Politiques publiques du Togo. Il est l'un des économistes majeurs du continent. Évincé pour ses prises de position en faveur d'une révision de la politique monétaire dans la zone CFA, il interviendra en cette rentrée au colloque sur « L'avenir du franc CFA en question » organisé par les Fondations Gabriel Péri et Rosa Luxemburg au Palais du Luxembourg, le 17 septembre prochain. Une question ultra-sensible qui agite jusqu'au sommet de certains États africains… Autant dire qu'au-delà de ce colloque, ses interventions seront scrutées avec minutie en cette rentrée 2015. Et pour cause, Kako Nubukpo n'a pas passé l'été comme ministre au Togo. Il a été évincé du gouvernement formé par le Premier ministre Komi Sélom Klassou en juillet dernier sous la pression de la BCEAO.
Un pourfendeur nommé Kako Nubukpo
Il lui est notamment reproché ses prises de position tranchées sur le franc CFA. Après avoir subi une pluie de critiques des plus hautes instances de la Banque centrale des États d'Afrique de l'Ouest (BCEAO), cet agrégé en économie formé à l'université Lyon-II compte continuer sa croisade monétaire, et ce, d'autant que, depuis quelques semaines, les propos du chef de l'État tchadien Idriss Deby Itno ont relancé le débat. En effet, le 11 août dernier à  l'occasion de la célébration du 55e anniversaire de l'indépendance de son pays, Idriss Déby a demandé aux pays africains de quitter la zone franc CFA pour créer leur propre monnaie unique. Coup de tonnerre dans les sphères économiques - car rares sont les chefs d'État qui s'expriment ouvertement sur le sujet du franc CFA. C'est même un tabou. Avant lui, en novembre 1972, et devant le président français Georges Pompidou, le (...)
Lire la suite sur LePoint.fr

 







Lire la suite sur LePoint.fr




Inscription à la newsletter


Indices boursiers internationaux











Derniers tweets