Connectez-vous S'inscrire
ecofinance.sn
 

Evasion fiscale dans le foot : ces joueurs sénégalais qui ont des avoirs dans les paradis fiscaux


Rédigé le Lundi 30 Octobre 2017 à 10:29 | Lu 29 fois | 0 commentaire(s)


Il y a un an, 12 médias européens, dont le journal français d’investigation Mediapart, ont mené l’enquête sur la face cachée du « foot business », grâce à la fuite de plus de 11 millions de documents émanant de Mossack Fonseca, une firme panaméenne chargée de créer et domicilier des sociétés basées au Panama. Un petit pays de l’Amérique centrale connu comme un paradis fiscal. Il s’agit bien de l’affaire des «Panama Papers» qui avait défrayé la chronique.


(Ecofinance.sn Dakar) - Le consortium de journalistes, baptisé European Investigative Collaborations (EIC), a mis au jour un système de dissimulation fiscale à grande échelle où d’importantes sommes d’argent ont été dissimulées dans les paradis fiscaux.  Dans ce dossier, il n’y a pas que des hommes d’affaires, mais aussi des stars du ballon rond y compris  footballeurs africains. Même l’attaquant international sénégalais, Demba Ba, a  été cité dans ce large scandale d’évasion fiscale.

«Panama Papers»

Depuis l’éclatement de cette affaire, plus le temps passe, plus la presse  fait étalage de montages fiscaux destinés à dissimuler des revenus au fisc.  Lionel Messi, Cristiano Ronaldo, Neymar, José Mourinho, sont entre autres, les têtes d’affiche d’une liste non exhaustive, où tous les plus grands joueurs de football, ou presque, ont été cités. La dernière affaire en date, l’ouverture d’une enquête par la justice britannique, qui vise 42 joueurs de football.

Et les joueurs africains dans tout ça?

En effet, sur ces 42 joueurs visés par la justice britannique, on compte deux Sénégalais, à savoir Demba Ba et Henri Saivet, tous deux passés par Newcastle.

Soupçonnés d’avoir fraudé le fisc britannique à hauteur de 1 160 383 de livres (soit 852,6 millions de FCFA), Demba Ba est parvenu à flouer les impôts grâce à des sociétés dont il est lié telles que Sarl Ba Corporation, Quatorze Management basée en France, Silkee Management sise à Anfield au nord de Londres, et Zumbada Ventures Corporation, une société offshore basée au Panama.

Concernant Henri Saivet, dont le transfert de Bordeaux, à Newcastle pour 4, 5 millions de livres en janvier 2016, est dans l’œil du cyclone de la justice à cause de l’implication de son agent. Celui-ci a accusé la direction de Newcastle d’avoir contraint le joueur à changer de responsable. Une requête qu’il aura acceptée en signant un nouvel agent, Rudy Raba, avec des honoraires largement revu à la hausse.

Bien que soupçons pour l’instant,  les deux Sénégalais rejoignent le cercle très fermé et non des plus prestigieux, des joueurs africains visés pour fraude fiscale. La tête de gondole n’est nul autre que le quadruple ballon d’or africain, et ancien grand buteur du FC Barcelone, Samuel Eto’o. Poursuivi pour ses années barcelonaises entre 2004 et 2009, celui qui porte désormais le maillot du club turc d’Antalyaspor, risque plus de 10 ans de peine de prison cumulées et des amendes représentant 18 millions d’euros au total à cause d’un montage de sociétés pour ne pas déclarer une partie des revenus tirés de ses droits à l’image.

Les «Panamapapers» révèlent que des milliers de personnes anonymes, une dizaine de chefs d’État, des milliardaires célèbres, des grands noms du sport et certaines célébrités auraient recouru aux mêmes à des  montages offshores non déclarés, pour dissimuler leurs actifs.

Les paradis fiscaux et compte offshores

Bien que le rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) considère qu’ «il n’existe pas de critère unique, clair et objectif permettant d’identifier un pays comme étant un paradis fiscal », ceci peut généralement être considéré comme un pays ou territoire à fiscalité réduite ou nulle, c’est-à-dire où le taux d’imposition est jugé très bas en comparaison avec les niveaux d’imposition existant dans les pays de l’OCDE. Cependant, au sens strict de fiscalité faible, le terme paradis fiscal ne prend son sens qu’en comparaison avec d’autres pays (ou d’autres régions du même pays) à fiscalité plus élevée au moins dans certains domaines ou pour certaines activités. Avoir un compte offshore dans un paradis fiscal permet donc d’être imposé à de moindre taxe, contrairement aux pays de l’OCDE.

Ouvrir un compte offshore privé n’est pas  illégal, mais…

Utilisé au départ par les britanniques qui parlent de comptes off-shore lorsque les citoyens anglais placent leur argent en dehors de l’île, « offshore » signifie en français, hors des côtes. Toutefois, cela ne signifie pas que votre compte sera obligatoirement ouvert dans une île au milieu du pacifique, mais simplement en dehors de votre pays d’habitation.

Un compte offshore est un bon moyen de percevoir des dividendes, d’obtenir des taux de placements plus élevés. Il permet aussi de continuer votre activité et de gérer votre argent sans trop de contraintes. En effet, dans certains pays, il est même possible de ne pas être imposé du tout. Ceci permet donc de jouir d’une fiscalité plus douce et plus clémente que dans d’autres pays, afin d’éviter bien sûr une sur-imposition dans certains pays comme la France, qui, d’après une étude relayé par le Figaro en 2014, est considéré comme le second taux de prélèvements obligatoires le plus élevé dans le monde, estimé à 45%, derrière le Danemark.

Bien que le point commun entre toutes ces personnes poursuivies pour évasion fiscale, soit leur recours à des sociétés offshore pour dissimuler au fisc une partie de leurs revenus, la création de ses comptes n’est toutefois pas illégale. Il suffit seulement de le déclarer au fisc, au risque de se voir infligés des amendes à hauteur de la somme fraudé.




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 16 Novembre 2017 - 15:19 Air Sénégal passe une commande de deux A330neo


blog Ecofinance
le 16/11/2017

IDE : pour plus de flux, il faut réduire les risques selon la Banque mondiale

La Banque mondiale a récemment rendu public un...


Inscription à la newsletter




Indices boursiers internationaux











Derniers tweets
Ecofinance.sn : Air Sénégal passe une commande de deux A330neo: Air Sénégal voit grand. Selon Airbus, la compagnie nationale a pass… https://t.co/1pSxV5x04q
Jeudi 16 Novembre - 16:29
Ecofinance.sn : Teyliom Logistics, gestionnaire du Cargo Village de l'AIBD,: Teyliom Logistics, filiale du Groupe Teyliom est le ge… https://t.co/MZXhgOhrxl
Jeudi 16 Novembre - 15:59
Ecofinance.sn : Zimbabwe : la « providentielle » mesure d'ouverture de Harare à la veille de la sortie de l' https://t.co/KStnSaDq8U https://t.co/DbqL6hLxA3
Jeudi 16 Novembre - 10:29
Ecofinance.sn : ENVIRONNEMENT : L’Afd et le Fonds vert climat signent un accord-cadre: L’Agence française de développement et le Fo… https://t.co/o3EPK0M3l9
Jeudi 16 Novembre - 10:18
Ecofinance.sn : Récupération du plastique : Proplast industrie lance son label « social plastic label Recupl https://t.co/s9CpqXv7k8 https://t.co/5TU165Cl4J
Jeudi 16 Novembre - 10:08