Connectez-vous S'inscrire
ecofinance.sn
 

Chambre de commerce et d’industrie du Burkina : Une coalition de commerçants rejette tout amendement des statuts avant les élections consulaires


Rédigé le Jeudi 18 Août 2016 à 21:12 | Lu 45 fois | 0 commentaire(s)


Ecofinance.sn (Dakar) - Les élections consulaires se tiendront le 13 novembre 2016. A l’issue de ces élections, la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina (CCI-BF) va se doter d’un nouveau bureau.Et déjà, les grandes manœuvres ont commencé par regroupements interposés.


Chambre de commerce et d’industrie du Burkina : Une coalition de commerçants rejette tout amendement des statuts avant les élections consulaires

Le mardi 16 aout, c’est le « Groupement des acteurs de petits commerces du Burkina » qui organisait une conférence de presse pour dénoncer des pratiques en cours pour « imposer certaines personnes à la CCI-BF » et demander des amendements aux présents statuts de la CCI-BF. Le lendemain 17 septembre, c’est au tour de la « Coalition nationale des acteurs économiques pour un commerce équitable » de monter au créneau pour exiger la tenue effective des élections à bonne date et rejeter toute idée d’amendement des présents statuts de la CCI-BF.
« Des réunions se tiennent en vue d’un 3e amendement des statuts de la Chambre de commerce et d’industrie au détriment du consensus déjà trouvé, au détriment de la parole donnée, au détriment du processus électoral déjà engagé, au détriment de l’intérêt du monde économique burkinabè, pour des intérêts égoïstes et partisans », soutiennent les membres de la Coalition nationale des acteurs économiques pour un commerce équitable. Au cours de la conférence de presse qu’ils ont organisée le 17 aout 2016, à Ouagadougou, ils disent rejeter tout amendement aux statuts de la Chambre de commerce et d’industrie avant les élections du 13 novembre 2016. Mieux, « la coalition s’oppose à toute modification des commissions bien que n’étant pas membre », car elle trouve que toute personne désignée pour siéger au sein de ces commissions est contestable par un groupe donné.
 
 

Pour eux, la délégation spéciale a trop duré. Les tergiversations aussi. Et il est désormais temps de penser à la relance économique de notre pays. Et cela passe par la mise en place des instances de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina. « Ceux qui revendiquent aujourd’hui avaient accepté tous les compromis jusqu’à la dernière réunion. Nous avons eu des positions communes lors des débats sur ces présents statuts. Demander de revenir sur les textes, nous n’allons jamais accepter cela. L’économie burkinabè a tant souffert, allons aux élections avec ces conditions, pourvu qu’il y ait la transparence, c’est tout », a lancé Seydou Koanda dit Le Prince, un membre de la coalition.
 
 

« Les textes ont été adoptés par consensus »
 
 

Rasmané Kologo est le président de l’association des petits et moyens commerçants du Burkina, mais aussi membre de la coalition organisatrice de la conférence de presse. Il réfute toute idée de manipulation et jure ne vouloir que l’intérêt supérieur des commerçants du pays. « Les textes ont été adoptés par consensus. Vous parlez de manipulation. Est-ce que les petits commerçants peuvent manipuler quelque chose, c’est peut-être les opérateurs économiques qui ont les moyens qui peuvent faire ça. En tant que président de l’union nationale des petits et moyens commerçants, je demande à toute personne qui aime le Burkina de faire doucement et laisser on va aller à l’élection et ils vont se corriger au fur et à mesure ; car nul n’est parfait », confie-t-il.
 
 

La Coalition nationale des acteurs économiques pour un commerce équitable est constituée de responsables d’organisations syndicales, de fédérations associatives, de groupements interprofessionnels, d’associations… Elle demande à tous ceux qui aspirent au développement économique du Burkina de mettre de l’eau dans leur vin afin de parvenir à des élections apaisées.
 
 

Le profil du candidat de la coalition
 
 

« La coalition défend et défendra la vérité, même si cette vérité est contre ses intérêts, pourvu que l’intérêt général sort gagnant. Nous ne sommes pas là pour mettre de l’huile sur feu. Ensemble, nous sommes des frères, des camarades, nous défendons le pays, la population », a conclu Seydou Koanda. 
La coalition soutient ne défendre aucun candidat. Mais, elle a présenté le portrait-robot du candidat idéal pour présider aux destinées de la CCI-BF. Il s’agit d’un Homme disponible, ayant des des projets pour la jeunesse commerçante du Burkina, un Homme intègre (même si on ne peut pas être intègre à 100%, au moins un Homme qui a de l’humanisme en lui) ; un Homme ayant pour leitmotiv la transparence et l’équité dans le traitement des acteurs économiques.
 
 

 





Inscription à la newsletter


Indices boursiers internationaux











Derniers tweets
Ecofinance.sn : Investissements privés : 87 % des 1 665 milliards recensés en 2016 mobilisés par le... https://t.co/0uN5oVKZzO https://t.co/OB2CwgcYWb
Mercredi 24 Mai - 16:24
Ecofinance.sn : Mouvement Gung Macky Sall: Journée de prière et Solidarité https://t.co/XwfLbl7ef3
Mercredi 24 Mai - 16:10
Ecofinance.sn : Le Fonds des migrants pour l’investissement à la quête de 60 millions de dollars pour... https://t.co/qEx7KxAm0P https://t.co/YdS5SIPeNe
Mercredi 24 Mai - 15:15
Ecofinance.sn : 52 ASSEMBLEES ANNUELLES DE LA BAD : Le Premier ministre indien loue les relations... https://t.co/cEGziqhgzy https://t.co/m8AxHZR1oD
Mercredi 24 Mai - 12:20
Ecofinance.sn : Prix African Banker Award 2017 : Amadou Ba, meilleur ministre des Finances d’Afrique:... https://t.co/Pvjb24RSb2 https://t.co/iFxkOyHaGo
Mercredi 24 Mai - 12:15